Projet : extrait de la proposition initiale

Résumé de la proposition de projet

POCRAM propose de travailler sur les variations du regard et de l’attitude du pouvoir politique face aux conversions religieuses dans le cadre du sous-thème « Religions et système mythiques » de l’appel à projet CULT (Métamorphoses des cultures et des sociétés), se rattachant aux questions des transferts de religion, et des relations entre religions et construction d’espaces nationaux.

La contrainte exercée par des États en matière religieuse est un thème d’actualité, alimentant des discours sommaires opposant tolérance et intolérance. Nous proposons ici une approche des relations entre pouvoir politique et religion à la fois ouverte et ciblée sur des études de situations historiquement contextualisées. Les religions requièrent de leurs adeptes des signes d’adhésion socialement visibles, organisés selon des systèmes plus ou moins complexes et contraignants, codifiés de manière variable à travers l’histoire. Ces signes extérieurs permettent aux pouvoirs politiques de percevoir les faits de conversion et, éventuellement, d’agir sur eux. Nous appréhendons la conversion religieuse à travers cette mise en signes, comme un changement visible d’adhésion à un groupe ou à un mouvement se définissant comme une religion (que ce changement concerne un individu ou un groupe), plus que comme une expérience personnelle de métamorphose intellectuelle ou spirituelle. Par religion, on entend des représentations du monde et des systèmes normatifs portés par des structures d’organisation spécialisées. Par pouvoir politique, on entend toute expression d’autorité et d’organisation de la communauté civique, à quelque échelle que ce soit.

La rencontre du pouvoir politique avec les conversions religieuses s’effectue selon des modalités très diverses : de l’identification ou de la coopération la plus étroite à la disqualification et à l’affrontement. Les attitudes du pouvoir politique varient selon des facteurs complexes, liés à la place de la religion dans la société, mais aussi à l’importance des flux de conversion ou au contexte politique et idéologique. Or, si les études consacrées à la conversion et aux convertis sont nombreuses, aucune réflexion spécifique sur les interventions du pouvoir politique n’a été encore menée en dehors de cadres monographiques liés à des conditions historiques très spécifiques.

Notre hypothèse est que les attitudes du pouvoir politique face au changement religieux que peuvent représenter les conversions sont un angle d’approche privilégié pour mieux comprendre la place de la religion dans les sociétés. Notre proposition a pour ambition d’analyser ces attitudes dans différentes configurations, depuis la fin de l’Antiquité jusqu’à la « crise de conscience européenne » de la fin du XVIIe siècle. Notre point de départ est l’Europe occidentale et les relations entre le christianisme (dans ses diverses confessions) et les autres pratiques religieuses (judaïsme, religions civiques antiques, islam, mais aussi toutes les religions avec lesquelles le christianisme est entré en contact hors d’Europe) ainsi que les mouvements de conversion entre différentes acceptions du christianisme. Des spécialistes d’autres aires culturelles seront aussi invités pour mettre en perspective les résultats obtenus.

L’objectif est d’élaborer non seulement une typologie des comportements politiques face aux conversions religieuses, mais également des outils conceptuels qui permettent aux historiens d’aborder la question de la conversion comme un élément des transformations religieuses des sociétés. La méthodologie retenue est celle d’une démarche comparatiste portant sur l’étude d’objets précis. Si le projet est fondamentalement une entreprise historique se projetant dans une temporalité et une aire géographique très large, l’appel à des contributions de politologues, de sociologues et d’anthropologues pour dialoguer avec les historiens est une partie intégrante de l’entreprise.

Contexte, positionnement et objectifs de la proposition

Notre proposition de recherche porte sur les variations du regard et de l’attitude du pouvoir politique face aux conversions religieuses. Elle s’inscrit dans le sous-thèmes « Religions et système mythiques » de l’appel à projet, se rattachant aux problématiques des transferts de religion et des relations entre religions et construction d’espaces nationaux (Appel, p. 10). Il s’agit, sur cet objet, de mettre en regard des situations historiques distinctes, dans des contextes aussi variés que possible. Chronologiquement, le point de départ est celui de l’attitude des autorités politiques antiques face au christianisme et le point d’arrivée est, pour l’Occident, la fin du XVIIe siècle, au moment où émerge une pensée laïque constituée de façon autonome.

Pour délimiter le périmètre de notre enquête, il importe de définir nos objets. La conversion religieuse est ici appréhendée non pas comme une expérience personnelle de métamorphose intellectuelle ou spirituelle, mais comme un changement visible d’adhésion à un groupe ou à un mouvement se définissant comme une religion, que ce changement concerne un individu ou un groupe. On considérera les religions  comme représentations du monde et comme systèmes normatifs portés par des structures d’organisation spécialisées. Par pouvoir politique, on entend ici toute expression d’autorité et d’organisation de la communauté civique, à des échelles diverses.

On précise enfin que des thématiques proches pourront être prises en compte comme éléments de contextualisation, mais ne sont pas l’objet central de l’enquête : le cheminement interne du converti et sa foi intériorisée, difficilement saisissable par une observation extérieure (Nock, 1933 ; Rambo, 1993); la dimension théologique ou spécifiquement religieuse de la conversion ; ses expressions littéraires ou artistiques ; l’action des institutions religieuses lorsqu’elles agissent de manière relativement autonome ; ou encore les facteurs sociologiques ayant pu favoriser des courants de conversion. Ces thèmes ont été récemment ou sont actuellement travaillés en France, en Europe ou aux Etats-Unis.

Les objectifs intellectuels majeurs de ce programme sont les suivants :

  • mettre en œuvre une approche largement pluridisciplinaire à l’intérieur du champ historique (signes, droit, espaces, discours), ce qui implique de surmonter les cloisonnements entre périodes historiques, aires géographiques et domaines de spécialisation.
  • promouvoir une démarche d’histoire comparée en montrant la diversité des modèles à partir d’angles d’étude précisément définis.
  • étudier les objets dans leurs dynamiques et leur complexité, à partir de situations particulières, en évitant la staticité des notions ; par exemple la notion de minorité religieuse, qui suscite actuellement plusieurs travaux, ne fera pas ici l’objet d’une étude spécifique mais sera revisitée sous des angles différents ;
  • mettre en évidence des ruptures historiques dans la relation entre pouvoir politique et religion : il ne s’agit pas ici de produire un « grand récit » qui mettrait en scène des entreprises de conversion successives, mais de fournir des outils permettant de penser ces relations, au cœur de processus historiques majeurs.

Les résultats sont attendus tant sur le plan méthodologique que sur celui de la connaissance historique :

  • la formulation des outils conceptuels permettant aux historiens d’aborder la question de la conversion comme un élément des transformations religieuses des sociétés. Pour reprendre l’exemple de la notion de minorité religieuse évoqué plus haut, on s’attachera ici à mettre en évidence les processus de constitution et de désignation de groupes par des opérations de marquage complexes (juridico-religieux, sémiologiques, spatiaux),
  • l’élaboration d’une typologie des comportements politiques face aux conversions religieuses. En effet – et ce travail se situe au cœur de notre projet – il faut établir une typologie des attitudes possibles du pouvoir politique dans toutes leurs nuances possibles, par exemple attitudes coercitives (conversions forcées, interdictions de conversion), incitatives (incitation à la conversion, soutien envers les prédicateurs et missionnaires) ou neutres (indifférence à la conversion). Cette première proposition de classement est évidemment destiné à être questionnée sur la base d’études de cas particuliers, afin de faire émerger des grilles d’analyse plus fines et plus diversifiées.

La méthodologie retenue est celle d’une démarche comparatiste portant sur l’étude d’objets précis. On mettra en œuvre une approche pluridisciplinaire à l’intérieur du champ historique en travaillant dans quatre domaines : normes, signes, espaces, discours. En premier lieu, une approche juridique est indispensable afin de dégager le socle de normes qui, formulées sur un plan théorique par des experts du droit, sont autant de leviers pour l’action du pouvoir politique dans le domaine religieux. Cette approche est très riche en possibilités, tant sous l’angle du droit positif que sous celui de la sociologie du droit. On s’intéressera ainsi aux normes présentant un caractère officiel, soutenues par une autorité et des sanctions (lois religieuses et civiles, règlements privés). L’étude des textes normatifs prendra en compte notamment les différents degrés d’intervention des lois dans la question de la conversion, depuis le strict impératif jusqu’à l’interdiction totale de la conversion, en passant par la discrimination du nonconverti ou encore par la totale indifférence du législateur. On s’intéressera également à la nature de ce que l’on voulait légalement convertir (ou non) : âmes, gestes publics, lieux, etc.

On se demandera aussi quel fut l’élément moteur parmi toutes les formes de législation existantes à une époque donnée : les normes religieuses et civiles, par exemple, étaient-elles fortement imbriquées, l’une d’entre elles a-t-elle influencé l’autre pour ce qui concerne la conversion, et si oui, dans quelle direction ? La question de l’insertion des normes religieuses dans le droit positif séculier, avec ce qu’elle peut comporter d’instrumentalisation du religieux par le politique et inversement, peut être abordée notamment à partir de la criminalisation positive de l’apostasie dans le droit pénal. Ce volet du droit positif doit être relié aux pratiques mises en œuvre : poursuites individuelles, persécutions collectives. Si la persécution des apostats a été largement étudiée par les historiens des Inquisitions médiévales et modernes, on manque d’une vision plus large sur les normes et leur mise en œuvre. Le droit de la famille est également concerné par les politiques de pression conversionniste. Les normes en matière de mariage, d’héritage, d’avantage donné à l’un des deux parents pour l’éducation des enfants, ont pu être formulées comme autant d’incitations à la conversion. De même le pouvoir politique a pu utiliser la fiscalité à divers niveaux : fiscalité discriminatoire à l’égard des minorités religieuses, avantages fiscaux pour les individus convertis. Mais la fiscalité a pu aussi être un frein à la recherche de mouvements de conversion massifs ; si ce cas de figure est connu pour les minorités chrétiennes dans l’empire ottoman, il concerne aussi, par exemple, les mudéjars d’Espagne au XVIe siècle, dont la conversion a pour cette raison provoqué une forte opposition des seigneurs.

Un autre angle d’éclairage consistera à se demander si les normes édictées à propos de la conversion se sont contentées de faire varier les sanctions à propos d’un objet déjà bien défini, faisant simplement passer dans la légalité ce qui était déjà objet de légitimité, ou si elles ont parfois contribué à créer leur objet. Pour répondre à cette question, la comparaison entre les deux thèmes de cette rencontre, à savoir les textes normatifs et les usages lexicaux plus généraux, prendra tout son sens : on pourra observer si, en un contexte donné, les lois ont repris à leur compte le champ lexical de leur temps en matière de conversion, ou si au contraire elles ont influencé leur temps. On obtiendra ainsi une grille de lecture des données normatives, qui donnera d’autant plus de sens aux aspects pratiques, démonstratifs et sociaux de la conversion explorés par ailleurs. On s’intéressera également, en partant de la notion de « capacité d’agir » (agency) élaborée en sociologie, à la façon dont les acteurs pouvaient contourner les normes juridiques en matière de conversion, voire engager des actions juridiques pour ne pas être converties.

Le thème de la conversion religieuse amène ainsi à questionner plus largement l’articulation entre le politique et le juridique, de même que la place du droit et l’usage qui en est fait par les pouvoirs et les acteurs. Nous tenterons ici de dégager les conditions d’émergence, pour les individus, d’un espace soustrait au juridique et au politique, autrement dit la construction d’un for intérieur, d’un espace de la conscience individuelle non déterminé par le contrôle des pouvoirs politiques.

Le deuxième domaine est celui des signes de la conversion : il faudra analyser les différentes façons dont la conversion devient un fait public, en particulier en fonction des procédures mises en œuvre et de leurs agencements possibles (rite, marquage corporel, changement de nom, adoption de vêtements spécifiques, publicité, enregistrement, etc.). Le caractère d’évidence de ces procédures semble tel que, jusqu’à présent, elles n’ont guère suscité d’intérêt particulier. Or c’est la mise en signes de la conversion qui la rend visible pour le pouvoir politique. C’est d’ailleurs celui-ci qui peut en encadrer la production et les transformer en normes. À travers l’analyse de cette étape cruciale, nous pourrons tester et affiner la validité de notre démarche méthodologique. Tout au long du projet, on alimentera une base de données des signes de la conversion religieuse dont le contenu évoluera en fonction des résultats scientifiques obtenus, créant ainsi un nouvel outil qui pourra être utilisé dans des travaux ultérieurs. Cette réflexion sur les signes de la conversion devrait nous permettre de discuter les grilles d’analyse des modalités de conversion déjà élaborées par l’historiographie ou la sociologie, en fonction des agents de conversion : conversion « d’en haut », avec un rôle moteur des autorités politiques et religieuses, ou « d’en bas », par des individus missionnaires (Stark 1996, Stark 2001) ; ces analyses contribueront à l’élaboration d’une typologie pertinente à notre projet.

Le troisième domaine est celui des interventions du pouvoir religieux sur les espaces et les territoires. L’étude de l’inscription du changement religieux sur les territoires devra mobiliser notamment des spécialistes d’histoire urbaine avec des travaux sur les politiques mises en œuvre : destructions de lieux de culte, réaffectations ou désaffectations cultuelles, construction de nouveaux équipements religieux. Dans le monde de la fin de l’Antiquité, la destruction ou la réaffectation des lieux de culte est un phénomène tardif et complexe, dans lequel le pouvoir politique ne s’investit qu’avec réticence, et qui fait l’objet de plus de constructions littéraires que de réalisations matérielles. En revanche, les fluctuations de la frontière entre christianisme et islam dans l’Espagne médiévale se matérialisent immédiatement par la réaffectation des lieux de culte (églises transformées en mosquées, puis mosquées transformées en église) avec une intervention ciblée sur des éléments symboliques (images, croix, qibla, tapis), la conversion des temples précédant celle des habitants. On peut évoquer également la réaffectation des églises catholiques par les protestants au XVIe siècle. Le rôle des pouvoirs politiques dans la conversion des temples, puis dans la construction de nouveaux temples par des programmes de construction parfois systématiques, est une piste à suivre. Plus largement on s’interrogera sur les effets du changement religieux quant au maillage des territoires et à l’apparition éventuelle de nouveaux pôles d’attraction. Cette étude spatiale ouvre sur des enquêtes sur la mobilité des populations : politiques de repeuplement sur des bases d’appartenance religieuse, éviction des minorités vers les périphéries urbaines en lien avec une pression conversionniste, nouvelles mobilités liées à la promotion de sanctuaires ou lieux de pèlerinage, reprise de dispositifs spatiaux antérieurs à la conversion du territoire.

Ce programme de recherche doit mobiliser également l’analyse des discours et des politiques de propagande, dans le champ d’une histoire culturelle du politique. Ainsi on pourra s’intéresser à la construction et à la diffusion des récits de conversion, notamment les conversions princières, par les chroniqueurs et historiographes. Les discours de justification des politiques de conversion, ou au contraire la justification de leur absence lorsque le pouvoir politique refuse toute ingérence, devront aussi être analysés. L’approche juridique évoquée plus haut sera complétée et affinée par un travail sur les modèles normatifs plus insidieux véhiculés par le langage. On pourra s’appuyer sur les bases de données textuelles déjà accessibles sous format numérisé, sur les lemmatiseurs fournis par les différents laboratoires impliqués dans le projet et sur les outils d’analyse lexicale tels que Lexico3, ce qui permettra de dégager des champs lexicaux et d’en observer les ruptures, ou au contraire les continuités historiques ou géographiques. Il s’agit là non seulement d’une base méthodologique pour cerner précisément le corpus du sujet, mais aussi d’un instrument d’exploitation servant à déterminer les perceptions antiques, médiévales et modernes de la conversion : les usages linguistiques à ce sujet étaient-ils stables ou fluctuants selon les auteurs, les espaces, les époques ? À quoi associait-on la conversion, et dans quels contextes, au contraire, celle-ci était-elle peu évoquée ?

Les interventions du pouvoir politique dans la confrontation religieuse sous la forme de « disputes », entendues comme des rencontres orales et agonistiques entre adversaires religieux, seront l’objet d’un travail spécifique. En effet les disputes théologiques ont trop souvent été étudiées du seul point de vue théologique, ou interne au champ religieux. Or, par leur capacité à mettre en scène le partage du sensible entre vrai et faux, bon et mauvais, mais aussi à convaincre les auditeurs de se convertir, parfois en masse, elles ont intéressé au premier chef les autorités qui ont cherché à les encadrer, voire à les orienter ou les organiser. Elles sont à ce titre traversées par la question du pouvoir. On pourra donc explorer les liens entre pouvoir politique (du niveau étatique jusqu’au niveau local) et disputes religieuses : quelles sont les autorités qui organisent ou patronnent ces rencontres ? Que dit l’organisation d’une dispute religieuse du pouvoir qui l’accepte ou qui l’incite ? Quelles sont les règles que le pouvoir politique entend, par cet événement, imposer au monde religieux et, plus largement au champ intellectuel (connaissance des textes sacrés, maîtrise du latin, abus du syllogisme etc.) ?

La cohérence de l’équipe réside dans l’expertise reconnue de tous ses membres dans le domaine des rapports entre politique et religion. Une partie d’entre eux a déjà appréhendé le thème de la conversion dans sa dimension politique (Pierre-Antoine Fabre, Christophe Duhamelle, Isabelle Poutrin Jérémie Foa). La constitution de l’équipe procède de la reconnaissance de centres d’intérêts communs : la construction des identités (contacts et confrontations entre christianisme d’une part, judaïsme et islam de l’autre, ainsi qu’entre catholiques et protestants), l’élaboration des normes et les pratiques politiques et sociales qui y sont liées, l’analyse des discours et des images. Les membres de l’équipe couvrent l’ensemble de la chronologie envisagée par le programme, ainsi qu’une variété d’aires géographiques (France, Italie, Europe centrale et orientale, monde ibérique). La variété de leurs travaux publiés, la diversité de leurs prises de responsabilités, de leurs âges et de leurs parcours sont des atouts essentiels pour le travail collectif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pouvoir politique et Conversion religieuse (Antiquité – période moderne)