Le projet

Alors que de nombreux travaux sont consacrés aux itinéraires de convertis, à l’activité missionnaire des  institutions religieuses ou encore aux facteurs sociologiques de la conversion, Conversion/ Pouvoir et religion s’intéresse aux variations du  regard et de l’attitude du pouvoir politique face aux conversions  religieuses. 

Notre constat de départ est que le versant  proprement politique de la conversion religieuse se trouve  souvent absorbé par d’autres objets connexes tels que la  coexistence entre les grandes religions ou les identités  confessionnelles. La conversion religieuse est ici appréhendée non pas comme une expérience personnelle de métamorphose intellectuelle ou spirituelle, mais comme un changement visible d’adhésion à un groupe ou à un mouvement se définissant comme une religion, que ce changement concerne un individu ou un groupe. On considère les religions comme représentations du monde et comme systèmes normatifs portés par des structures d’organisation spécialisées. Par pouvoir politique, on entend ici toute expression d’autorité et d’organisation de la communauté civique, à des échelles diverses.

A travers un travail collectif sur des thématiques transversales, les objectifs sont les suivants :

  • mettre en œuvre une approche largement pluridisciplinaire à l’intérieur du champ historique (signes, droit, espaces, discours), ce qui implique de surmonter les cloisonnements entre périodes historiques, aires géographiques et domaines de spécialisation.
  • promouvoir une démarche d’histoire comparée en montrant la diversité des modèles à partir d’angles d’étude précisément définis.
  • étudier les objets dans leurs dynamiques et leur complexité, à partir de situations particulières, en évitant la staticité des notions ; par exemple la notion de minorité religieuse, qui suscite actuellement plusieurs travaux, ne fera pas ici l’objet d’une étude spécifique mais sera revisitée sous des angles différents ;
  • mettre en évidence des ruptures historiques dans la relation entre pouvoir politique et religion : il ne s’agit pas ici de produire un « grand récit » qui mettrait en scène des entreprises de conversion successives, mais de fournir des outils permettant de penser ces relations, au cœur de processus historiques majeurs.

Rencontres

Une série de rencontres rythme la progression du programme de recherches :

  • des séances de travail sur les thématiques du projet, où l’équipe dialogue avec quelques spécialistes, permettent d’affiner la préparation des colloques
  • un colloque final conclusif en 2017, qui sera précédé de trois journées d’Ecole doctorale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pouvoir politique et Conversion religieuse (Antiquité – période moderne)