Archives de catégorie : Rencontres

Annonce des réunions, séminaires et colloques

Feedback from the POCRAM Doctoral Workshop

What does it mean to convert to a religion? What can historical inquiries through multiple cases of religious conversion reveal? Although it might seem intuitive at first, there are at least three definitions of what one means by religious conversion. Religious conversion in its every-day sense generally signals an internal and personal change of heart and mind; that is, conversion as personal transformation. Sometimes this simply means a person has become more committed to their God, a religious way of life and devotion, a belief system and moral code, or all of the above. A second way of understanding religious conversion is as an external change from one religious community to a different one; that is, conversion as a change in public affiliation. In this sense one might convert, for example, from Islam to Judaism, or Judaism to Christianity, or Christianity to Islam. A third meaning of religious conversion could be understood in terms of a process over time or a conversion moment, such as a conversion ritual or experience of conversion, such as a baptism or public profession of one’s new faith.

As Éric Rebillard has observed in a seminal work, Christians and their many identities in Late Antiquity, North Africa, 200-450 CE (2012), the categories of Christian and non-Christian set in binary opposition is a discursive construct in need of re-evaluation. In other words, there is a real difference between how the historical sources and even historians and scholars define Christians and non-Christians over the years (which shifts and changes), and what the lived experience of Christians and non-Christians actually was. The result is that, from a historical perspective, it is quite difficult to chart the “every-day sense” of religious conversion for a particular religious community over time as well as across different geographic regions. Over time, a religious community develops and changes as circumstances, external and internal conflicts, and controversies occur. Thus, it is crucial that historical evaluations of conversion (entrance into a religious community) and apostasy (withdrawal or removal from a religious community) are studied in comparison with other religions.

In the POCRAM doctoral workshop, “Religious Conversion and the Political Sphere: New Approaches,” led by Dr. Claire Sotinel and Dr. Isabelle Poutrin, participants explored two basic themes. First, what internal and external agents drive or motivate mass religious conversions. Second, how does one judge the quality or integrity of conversions in a range of political spaces. Providing a framework for the exploration, Dr. Claire Sotinel set forth why it is so difficult to speak of conversion in Late Antiquity, and Dr. Isabelle Poutrin articulated how theorisations in canon law (16th and 17th centuries) framed the extortion of consent in conversion, apostasy, and other circumstances of life.

Three scholars explored the motivations for mass religious conversions. 

First, Davy Essone Bouyou, a doctoral student at the Université Paris-Est Créteil, deftly explored the role of the fifth century bishop, Sidonius Apollinaris, in the conversion of Jews to Christianity in Gaul. To obtain the conversion of the Jews Sidonius employed several strategies such as employing Jews and their relatives as his couriers to other bishops. Sidonius also invited and encouraged other bishops to represent and defend Jews in court cases. These strategies simultaneously highlight the role of the bishop in the community and the processes of Jewish conversion in late antiquity. This also raises question of the real motivations driving Jewish conversions to Christianity in fifth century Gaul.

Next, David Barritt, a doctoral student at the University of Oxford, explored the ‘dynamics of conversion’ in early medieval Europe, focussing on the conversion of the Slavs to Christianity in the ninth century as a test case for various conversion models, with a view towards building comparisons from this test case. He explored the dynamics and interactions between the conversion mission itself and religious leadership trying to direct conversion in Rome and Constantinople. He also explored the sociological theories of Karl Marx, Max Weber and Michel Foucault as applied to this conversion process, with a view to using these theories for synchronic comparison.

Then Dr. Todd Rester, a post-doctoral research fellow at Queen’s University Belfast on the EU ERC project, “War and the supernatural in early modern Europe,” analysed Scotist and Franciscan positions on holy war, the duties of a Christian prince, and forced conversion. These positions were taught at the Univeristy of Paris in the sixteenth century. Dr. Rester also demonstrated the influence of these positions in works defending royal and ecclesiastical policies of conversion of indigenous peoples in New Spain and Spanish military and social policies toward indigenous peoples in the Chichimeca War. Also, Marine Tesson, Université Paris-Est Créteil, critically engaged the role of powerful women in in the conversion of kingdoms on the border of the Roman Empire in late antiquity, such as kingdoms in Persia, Iberia, Georgia, Bedouin tribes, and Ahksum in Africa There was not a particular process or plan of conversion in the Latin or Greek rites, but the role of the ruler in granting permission to the missionaries and public identifying with Christianity could further the process of conversion. But in the sources of the ecclesiastical histories, there are instances where an unbelieving queen was unsuccessful in preventing the conversion of her people.

Door of the tribunal of the Inquisition, Villanueva de los Infantes (Spain). Rafa, Flickr, 2012. https://www.flickr.com/photos/61305266@N02/

With respect to the quality or integrity of conversions when the converts were in contested political spaces, three participants focused on aspects of this topic.

Bert Carlstrom, a doctoral student from Queen Mary University London, evaluated Hernando de Talavera’s expectations for new convert conduct in late fifteenth century Castile. Talavera’s cathetical work clearly articulated his expectation that new converts would not just abandon their former faiths, but also sever their ties with their families and past lives. Carlstrom demonstrated that Talavera understood this call for strict segregation as the most charitable means of allaying suspicions that the newly converted were insincere in their new faith, and thus more easily integrating these converts into the social and political community.

Valentina Oldrati, University of Madrid, focused on the religious identity of the so-called “renegades” and their shifting political affiliations in the context of Spanish-Ottoman rivalry and espionage. Particularly, Oldrati analysed the rhetorical patterns that hid behind the correspondence between the Spanish secret service and high-ranking Ottoman renegades during the second half of the sixteenth century. Her analysis has shown how inter-religious negotiations offered practical political and social benefits, such as the possibility of exploiting familial and linguistic ties. But such negotiations were also fraught with great challenges and risks to the renegades as Spain’s political intrigues were often in conflict with Spain’s staunch confessional identity, ecclesiastical power structures, and inquisitorial policies towards religious apostasy.

Gonçalo Matos Ramos, at the University of Lisbon, traced how conversions frequently occur in contested political spaces, like the frontiers and borderlands of the fifteenth and sixteenth century Mediterranean where Portuguese territory overlapped the western edge of the Maghreb in North Africa. Through intimate portrayals of friendship, betrayal, conversion, and apostasy, Ramos exhibited the complex personal relationships of common people and soldiers that stood in contrast to official political policies of states and empires and the stated beliefs of religious authorities. Converts to Islam or to Christianity never completely severed relationships among families, friends, and communities when they remained in the same geographic region. There were complex personal decisions and negotiations that occurred within these political spaces at the margins where state and religious authority were more remote from centres of power.

Overall, the array of presentations and discussions demonstrate the social and political complexities involved with religious conversions from one religion to another. Changes in religion, which can include changes in belief and practice, often carried political significance and shifted communities. Sometimes conversions of people groups and communities were precipitated by rulers and leaders who were negotiating new relationships with other political powers. Other times these conversions were the work of missionaries who held to particular understandings of what methods and tactics were permitted in converting people groups. Sometimes conversions posed great risks and dangers, as well as benefits and privileges, to individuals caught up in systems of political power and religious authority.

Pour citer cet article : « Feedback from the POCRAM doctoral workshop », Conversion/Pouvoir et religion (hypotheses.org), 26 janvier 2018, by Todd Rester, David Barritt, Davy Essone Bouyou, Bert Calrstrom, Gonçalo Matos Ramos, Valentina Oldrati, Marine Tesson.

En ligne : https://pocram.hypotheses.org/2048

 

Colloque international « Conversion religieuse et espace politique »

Conversion religieuse et espace politique : nouveaux angles d’approche

Colloque international, Université Paris-Est Créteil, 24-26 janvier 2018

Mercredi 24 janvier

14h : Accueil des participants par les organisatrices du colloque Claire Sotinel, directrice du CRHEC et Isabelle Poutrin, coordinatrice de l’ANR POCRAM

1.     Conversion et construction politique / Conversion and State Building. 

Présidence : Pierre Savy (Ecole française de Rome)

14h30 : Katell Berthelot (Centre Paul-Albert Février, CNRS) : Conversion to Judaism in the first three Centuries CE : The Impact of Roman Imperial Policies.

15h10 : Claire Sotinel (UPEC, CRHEC) : Des politiques de conversion à l’époque constantinienne ?

15h50 : Jean-Marie Bouron (Institut des mondes africains) : Le mythe de Clovis en Afrique. La conversion des chefs moose par les missionnaires catholiques de Haute-Volta (1901-1960).

16h30 : Pause

16h45 : Sobhi Bouderbala (Université de Tunis) : Conversion et processus politique au premier siècle de l’islam : l’outil de la fiscalité.

17h20 : Yaacov Lev (Université Bar Ilan) : Islamization as a Political Act : the 717-720 Delegation to Ifriqiya.

18h : Fin de la journée

Jeudi 25 janvier

1.     Conversion et construction politique / Conversion and State Building (suite).

9h30 : Sæbjørg Walaker Nordeide (University of Bergen) : Differences in Christian Conversion Politics: the Case of Norway.

10h10 : Aleksandr Lavrov (Université Paris-Sorbonne) : La place de la conversion des captifs dans les relations de la Moscovie avec le khanat de Crimée et l’Empire ottoman.

10h50 : Discussion et pause

2. Agents de conversion et populations cibles / Agents of Conversion and Target Populations.

Présidence : Jérémie Foa (Université Aix-Marseille, Telemme – IUF).

11h30 : Michael Ehrlich (Université Bar Ilan) : Arab Tribes as Islamization Agents during the Umayyad Period.

12h10 : Marina Caffiero (Sapienza Università di Roma) : La politique de conversion de la papauté et de l’Inquisition romaine à l’égard des musulmans et des juifs. Une approche comparative (XVIe-XVIIIe siècles).

13h : Déjeuner

14h30 : Angela Falcetta (Chercheuse indépendante) : Breaking Away from the Catholic Faith : Comparative Insights on Religious Transformation from the Albanian Christian Communities in the Ottoman Empire and the Kingdom of Naples (18th-19th centuries).

15h10 : Laura Graziani Secchieri (Chercheuse indépendante), Les stratégies de conversion de l’Église catholique à l’égard des juifs. Le cas de Ferrare (XVIIe-XIXe siècles).

15h45 : Discussion et pause

3.     Procédures et rites de conversion dans l’espace politique / Procedure, Rites of Conversion and the Political Sphere

Présidence : Christophe Duhamelle (EHESS, CRH)

16h30 : José Alberto R. Silva Tavim (Centro de Historia, Facultade de Letras, Universidade de Lisboa) : A « Spectacle of Neophytes » in Early Modern Portugal : the Conversion of Jews and Muslims.

17h10 : Borja Franco Llopis (Universidad Nacional de Educación a Distancia, Madrid) : The Visual Problems of Conversion in Iberia (15th-17th c.)

17h50 : Julien Léonard (Université de Lorraine, CRUHL) : « Tu fais ta luthérienne et je scay que tu ne l’es point ». Pressions politico-conjugales et pastorales autour de la conversion d’une princesse : Anne de Coligny (1624-1680).

18h30 : Discussion

19h : Fin de la journée

Vendredi 26 janvier

4. Ruptures et recompositions identitaires / Conversion as Identity Breach.

Présidence : Pierre-Antoine Fabre (EHESS, CESOR).

09h00 : Arietta Papaconstantinou (University of Reading) : There is no Compulsion in Religion (Qu’ran II 256) : on the Merits of Soft Power as an Agent of Conversion (7th c.).

09h40 :  Harald Suermann (Universität Bonn) : La conversion à l’islam vue par les chrétiens à l’époque omeyyade.

10h20 : Pause

10h40 : Eric Roulet (Université Littoral-Côte d’Opale), Les caciques et le christianisme en Nouvelle-Espagne au xvie siècle.

11h20 : Mathilde Bernard (Université Paris Nanterre) : Les enjeux politiques des récits de Marc Lescarbot autour de la conversion des Mikmacs dans la colonie de Port-Royal, 1610-1612.

12h00 : Discussion

12h30 : Déjeuner

14h00 : Christophe Duhamelle (EHESS, CRH) : Le prince converti dans le Saint-Empire : étranger en son pays ?

14h40 : Isabelle Poutrin (Université de Reims, CERHIC – IUF): Conférence de clôture.

15h30 : Fin du colloque

Télécharger le programme : Programme-POCRAM

Télécharger l’affiche : Affiche_POCRAM_2018

Pour citer cet article : Isabelle Poutrin, Colloque international « Conversion religieuse et espace politique. Nouveaux angles d’approche », Conversion/Pouvoir et religion (hypotheses.org), 22 décembre 2017. 

En ligne : https://pocram.hypotheses.org/2039

Call for Applications: Winter Doctoral School

Winter Doctoral School: Religious Conversion and the Political Sphere (2nd-17th Century): New Approaches.

The POCRAM Project (Pouvoir politique et conversion religieuse, Antiquité – époque moderne), funded by the Agence Nationale de la Recherche (France) is organizing a Doctoral Winter School on Religious Conversion and the Political Sphere: New Approaches. The Workshop will be held on January 21-24 and will be connected to an International Conference on the same theme on January 24-26 2018, at the University of Paris-Est Créteil (http://www.u-pec.fr).

POCRAM is an Agence Nationale pour la Recherche funded research project concerning the various attitudes and positions of the political power to religious conversion.

All religions require recognizable signs of membership, organized in more or less complex and binding systems; such systems, codified across history, allow political authorities to be aware of religious changes and, eventually sensitive to them. We consider religious conversion as much as it is publicly perceived, focusing on individuals or groups of people changing their adhesion to a religious association, leaving apart the study of conversion as a personal experiment of intellectual or spiritual metamorphosis. By religion, we mean any organized structure based on a system of belief and cultic practices. By political power, we mean any form of public collective authority or organization, whatever its scale (from village to empire).

We shall take into consideration proposals presenting interplays of political powers and religious conversions, whatever their form: identification of the political power with a religious group, collaboration, opposition, confrontation, etc. Political attitudes vary according to a complex set of factors depending on the position of religion in human society, on the flow of converted people, on the political and ideological background, etc.

Although the POCRAM program is mainly centred on Western Europe and relationships between Western Europe and relationships between Christianity (in its many branches) and other religions (Judaism, classic Mediterranean cults, Islam, as well as extra-European religions met by Christianity), and relationships between various branches of Christianity, studies in any cultural field are welcome, if they belong to the same chronological frame, from Late Antiquity to Early Modern Time. (2nd-17th centuries).

The research project is historical at heart, but contributions in political science, sociology or anthropology are welcome.

Organization:

The Winter Doctoral School consists in :

  • doctoral papers followed by discussion, with participation of tutors issued from the POCRAM team (Sunday afternoon-Tuesday),
  • a public conference organized for a general audience (Tuesday evening),
  • attendance to the International POCRAM conference (Wednesday-Friday);
  • some doctoral students will participate as respondent to the Conference.

Papers presented by students will be submitted to peer-review for publication.

Participants’ profiles:

English speaking PHD students in History, Anthropology or other Humanities fields, whose research subject is connected to the theme of the Conference (see above).

How to apply :Religious conversion political sphere application form

To apply, please complete the form and e-mail it with required attachment, using POCRAM_WS_your name as subject to claire.sotinel@u-pec.fr and pocram.anr@gmail.com. Applications must be received by Friday 22 September 2017 12 pm (Paris time). Successful applicants will be notified on Wednesday 6 October 2017.

Scientific board:

Christophe Duhamelle, EHESS, Paris

Pierre-Antoine Fabre, EHESS, Paris.

Jeremie Foa, Université Aix-Marseille

Thomas Lienard, Paris 1 Sorbonne

Isabelle Poutrin, UPEC

Claire Sotinel, UPEC

Colloque 4/ Disputer pour disputer, 11-12 mai 2017

Colloque international

Disputer pour disputer.

Disputes et conversions religieuses de l’Antiquité au XVIIe siècle 

Quatrième colloque thématique de Pocram, Disputer pour disputer. Disputes et conversions religieuses de l’Antiquité au XVIIe siècle s’intéresse aux interventions du pouvoir politique dans la confrontation religieuse sous la forme de « disputes », rencontres orales et agonistiques entre adversaires religieux.

PROGRAMME

Jeudi 11 mai 2017

09h30 : Accueil des participants

9h50 : Laure Verdon (AMU, TELEMME) et Isabelle Poutrin (Université Paris-Est Créteil, CRHEC, IUF, coordinatrice du projet ANR POCRAM), ouverture du colloque.

10h15 : Jérémie Foa (AMU, TELEMME, IUF) : introduction.

Séance 1 : Présidence, Laure Verdon (AMU, TELEMME)

10h30-11h00. Juana Torres (Universidad de Cantabria) : « Formas literarias de la polémica cristiana. Las disputas entre ortodoxos y herejes en la Antigüedad ».

11h00-11h30. Philippe Blaudeau (Université d’Angers, CERHIO) : « Dispute in absentia : Constitutum de Vigile et réponse du concile de Constantinople II (553) ».

11h30-12h00. Bénédicte Sère (Université de Paris Ouest-Nanterre, CHISCO) : « Phénoménologie des disputes à l’époque du Grand schisme ».

12h00-12h30 : discussion. Continuer la lecture de Colloque 4/ Disputer pour disputer, 11-12 mai 2017

Face à la conversion forcée. Christianisme, judaïsme et Islam dans les pays Ibériques

Les 17 et 18 novembre s’est tenu à Madrid un important colloque intitulé « Face à la conversion forcée. Christianisme, judaïsme et islam dans les pays Ibériques au Moyen Âge et à l’époque moderne »  [1]. À ma connaissance, il s’agit du premier colloque d’historiens centré sur le thème de la conversion forcée. Certes, la contrainte en matière religieuse a fait l’objet de nombreux travaux : on pense en particulier à l’immense champ des études sur les Inquisitions au Moyen Âge et à l’époque moderne. L’originalité du colloque était d’étudier l’impact de la contrainte lorsqu’elle est utilisée pour obtenir des conversions, en s’intéressant aussi bien au groupe des « perdants » (ceux qui perdent les membres de leur groupe religieux en raison de la conversion forcée) qu’à celui des « gagnants » (ceux qui gagnent de nouvelles recrues en employant la force). Le terrain choisi, celui des pays Ibériques aux 7e-17e siècles, se prêtait particulièrement à cette étude en raison de la présence des trois grandes religions monothéistes et des passages d’une religion à l’autre – volontaires ou non – qui se sont alors produits, tant à l’échelle des individus que de groupes ou de populations entières. Ce colloque est l’une des réalisations  du programme « Conversion, Over-lapping Religiosities, Polemics and Interractions. Early modern Iberia and beyond » (CORPI), financé par l’Union européenne et dirigé par Mercedes García-Arenal, spécialiste des études arabes dans le monde ibérique médiéval et moderne, et auteur de nombreux travaux sur la conversion religieuse [2]. Continuer la lecture de Face à la conversion forcée. Christianisme, judaïsme et Islam dans les pays Ibériques

Colloque 3/Le prince et la conversion, 29-30 septembre 2016

Troisième colloque thématique de Pocram, Le prince et la conversion est consacré à l’attitude du prince (entendu comme pouvoir politique) envers la conversion religieuse, ouvrant sur l’ensemble des situations qui président à l’inscription de la conversion dans le corps public.
Organisation scientifique : Christophe Duhamelle (CRH, EHESS) et Claire Sotinel (CRHEC, UPEC)

Date : jeudi 29 (après-midi) et vendredi 30 septembre  2016

Lieu : EHESS, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris, salle 13

Continuer la lecture de Colloque 3/Le prince et la conversion, 29-30 septembre 2016

Les conquêtes hasmonéennes et la judaïsation des Iduméens (Ier-IIe siècles avant notre ère)

La table ronde « Conquêtes et conversions dans le judaïsme, le christianisme et l’islam« , tenue à l’Institut du monde arabe lors de la 2e édition des Rendez-vous de l’Histoire du monde arabe le 22 mai 2016 a été l’occasion d’une réflexion sur quatre situations de conquête par des conquérants d’une autre religion que celle du peuple conquis : la conquête de l’Idumée par les Judéens, celle de l’Egypte copte par les musulmans au VIIe siècle, celle de la Sicile islamique par les Normands au XIe siècle, enfin celle de l’émirat de Grenade par les Rois Catholiques à la fin du XVe siècle.  Katell Berthelot, historienne du judaïsme antique, a accepté de donner son texte pour le carnet Conversion/Pouvoir et religion.

La conquête hasmonéenne

L’idée que l’histoire juive ait connu des épisodes de conquête suivie de “conversions” ou de judaïsation forcée(s) peut surprendre. En effet, dans l’histoire du peuple juif, l’absence de souveraineté politique sur une terre, l’absence d’armée et la condition de minorité souvent persécutée ont constitué autant de facteurs rendant la conquête de territoires et la conversion d’autres groupes ou peuples par la force des armes littéralement impossibles. Cela ne signifie pas qu’il n’y eut pas de conversions au judaïsme, mais il s’agit en général de cas individuels dans des contextes qui ne sont pas liés à des conquêtes militaires juives. Néanmoins, dans l’Antiquité, et plus précisément aux IIe et Ier siècles avant notre ère une dynastie de prêtres connue sous le nom de Maccabées ou Hasmonéens, réussit à prendre le pouvoir en Judée. Elle s’affranchit alors de la tutelle des rois grecs de la dynastie des Séleucides qui dominaient l’Asie. Sous Jean Hyrcan, qui fut grand prêtre de 135 à 104 avant notre ère, les Judéens entreprirent des guerres de conquête en Transjordanie (la région située à l’Est du Jourdain), en Samarie (le Nord de la Cisjordanie actuelle) et en Idumée, région située au sud de la Judée, autour de Hébron et au sud-est de la mer Morte. Continuer la lecture de Les conquêtes hasmonéennes et la judaïsation des Iduméens (Ier-IIe siècles avant notre ère)

Conversions religieuses et pouvoirs politiques : agenda

La deuxième édition des Rendez-vous de l’Histoire du monde arabe se tient du vendredi 20 mai au dimanche 22 mai 2016 autour du thème « religions et pouvoirs » à l’Institut du Monde Arabe (IMA) (Paris).

Pendant ces trois journées, débats d’actualité, tables rondes,  présentations d’ouvrages, conférences, ateliers pédagogiques et séances de dédicaces auront lieu dans différents espaces de l’IMA.

Isabelle Poutrin participera à la table ronde « Conquêtes et conversions dans le judaïsme, le christianisme et l’islam » organisée par Katell Berthelot, directrice de recherche au CNRS Aix-Marseille Université, avec Sobhi Bouderbala, maître de conférences à l’Université de Tunis, et Annliese Nef, maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, le dimanche 22 mai, de 12h à 13h30 – Salle des expositions (niveau -2) Continuer la lecture de Conversions religieuses et pouvoirs politiques : agenda

« Compelle intrare ». Les missionnaires catholiques et la violence (XVIe-XVIIe siècles)

De retour de Macerata (Italie), où j’ai participé à l’atelier de recherche « Compelle intrare ». On violence and conversion in the non-european Catholic World [1], les 3 et 4 décembre 2015, je présente ici  les apports et les réflexions inspirées par ces deux journées de travail, en lien avec le projet Pocram.

Les études présentées dans cet atelier couvraient les XVIe-XVIIe siècles et s’intéressaient avant tout à l’histoire des missions catholiques hors d’Europe.

locandina compelle intrare dic 15Les organisateurs, Vincenzo Lavenia, Sabina Pavone et Chiara Petrolini [2], ont construit le programme sur trois thèmes : 1/ Penser la conversion et la violence, 2/ Conversions et missions : pratiquer la violence ? 3/ Raconter et occulter la violence : les récits de conversion.

Penser la violence dans la conversion religieuse

Le « Compelle intrare » (« force-les à entrer »), qui donnait son titre à cet atelier, est tiré de la parabole du banquet, de l’évangile de Luc (Luc 14,12-23) : un maître de maison, voyant ses invités se dérober à son invitation, envoie son serviteur dans les rues en lui disant « fais entrer les gens de force, afin que ma maison se remplisse » (Luc 14, 23). Ce passage a reçu de nombreux commentaires et a été maintes fois cité, notamment par Augustin (lettre 93) expliquant en 408 comment il en est venu à accepter l’usage de la contrainte pour ramener dans l’Église les hérétiques donatistes[3]. Cette lettre d’Augustin, avec d’autres textes, a été recueillie par Gratien dans le Décret (milieu XIIe siècle) – l’une des sources principales du droit canonique – dans une réflexion générale sur l’emploi de la force pour contraindre « les mauvais » au « bien ». Cependant, on aurait tort de considérer le « Compelle entrare » comme la ligne de conduite de l’Église en matière de conversions. À l’orée de la période moderne, l’opinion générale des Docteurs (théologiens et juristes) s’accorde sur quelques principes, dans la ligne du théologien dominicain Thomas d’Aquin (m. 1274). L’emploi de la violence pour obtenir des conversions est écarté parce que la foi est un don de Dieu et « un acte de la volonté ». Les « infidèles » (les non-chrétiens) ne peuvent être baptisés de force. Cependant, la violence est admise pour atteindre deux objectifs : tout d’abord, pour forcer les infidèles à « ne pas entraver la foi chrétienne » en empêchant la prédication des missionnaires, en persécutant les chrétiens, ou en insultant la religion chrétienne ; également, pour forcer ceux qui ont déjà été baptisés à ne pas revenir en arrière, et à respecter les promesses qu’ils ont faites en acceptant le baptême [4]. Si l’on traduit ces principes en termes économiques, l’emploi de la force est ainsi justifié pour lever les barrières à l’ouverture du marché religieux, puis pour garantir le monopole de l’Église sur ses nouveaux adeptes [5].

Continuer la lecture de « Compelle intrare ». Les missionnaires catholiques et la violence (XVIe-XVIIe siècles)

Colloque 2/Signes et scènes, 28-29 octobre 2015

Deuxième colloque thématique de Pocram, Signes et scènes est consacré à une approche phénoménologique de la conversion lorsqu’elle entre dans l’espace public, à travers les acteurs, les procédures, les représentations qui en sont données. Il est organisé en trois thèmes, avec des études centrées tout d’abord sur le moment de la conversion, souvent analysé comme une stratégie, puis sur la vérification de la conversion, moment de mise en question de l’authenticité de la conversion par les autorités (interrogation doctrinale, interrogation sur l’observance), et enfin, sur la mise en scène et la représentation de la conversion, celle des hommes et celle des espaces.

Continuer la lecture de Colloque 2/Signes et scènes, 28-29 octobre 2015

« Intégrisme et terrorisme. Eclairages de la recherche française en sciences humaines et sociales »

Le 4 mai prochain se tiendra à l’Assemblée nationale un colloque organisé par l’Alliance ATHENA, qui vise à présenter la contribution de la recherche en sciences humaines et sociales sur les phénomènes de radicalisation.

Le colloque s’organisera autour de quatre discussions, suivies de débats avec le public.

Continuer la lecture de « Intégrisme et terrorisme. Eclairages de la recherche française en sciences humaines et sociales »

Séminaire « Le prince et la conversion »

Le séminaire « Le prince et la conversion » aura lieu le 13 mars 2015 à l’EHESS de 14h. à 18h.

Ce moment de réflexion et d’échanges, organisé par Christophe Duhamelle et Claire Sotinel,  nous permettra d’aborder le troisième thème du projet Pocram, « Le prince et la conversion », en vue d’un colloque en 2016.

Ce thème embrasse non seulement la conversion du prince, mais aussi l’attitude du prince envers la conversion, ouvrant sur l’ensemble des situations et des rapports politiques qui président à l’inscription de la conversion dans le corps public.  Centré sur la figure du « prince », il prend en compte la diversité des instances de pouvoir à différentes échelles.

Cette réunion n’est pas publique.

Colloque 1/ Normes et mots, 22-23 janvier 2015

2015_Pocram_Normes et mots_Affiche

 Premier colloque thématique de Pocram, Normes et mots est consacré au vocabulaire de la conversion ainsi qu’à la production des normes concernant la conversion et les convertis.

Organisateurs : Thomas LienhardIsabelle Poutrin (LAMOP et CRHEC)

Date : 22 – 23 janvier 2015

Lieu : École Française de Rome, Piazza Navona, 62

Contact : mailto:pocram.anr@gmail.com

2015_Pocram_Normes et mots_Programme

2015_Pocram_Normes et mots_Affiche

Séminaire « Signes et scènes »

 

Le séminaire « Signes et scènes » aura lieu le 13 octobre 2014 au CARE-CRH de 10h30 à 16h30. 

Cette journée de réflexion et d’échanges, organisée par Pierre Savy et Claire Sotinel,  nous permettra d’aborder le deuxième thème du projet Pocram, « Signes et scènes », en vue d’un colloque en 2015.

Nous accueillerons à cette occasion  :

– Neil Mc Lynn, University Lecturer and Fellow in Later Roman History au Corpus Christi College, Oxford, chercheur invité à l’UPEC pour le mois d’octobre 2014

– Patrick Henriet, Directeur d’études à l’EPHE (Sciences historiques et philologiques)

On s’intéressera aux signes porteurs d’identité religieuse et, spécifiquement, au rapport du politique à la visibilité des signes d’appartenance, ainsi qu’aux scènes d’extériorisation de la conversion, que celle-ci concerne un individu ou un groupe, en analysant précisément le rôle des autorités politiques.

Cette réunion n’est pas publique.

Mise en route

L’équipe de Pocram se met en route, avec une première réunion de coordination du travail scientifique

le vendredi 24 janvier à 11h30 dans les locaux du CARE, 10 rue Monsieur le Prince, Paris.

La première thématique de notre programme s’intitule « Normes et mots ».

Le prochain séminaire de réflexion préparera le colloque prévu pour janvier 2015.

A l’ordre du jour de la réunion de coordination :

  • travail sur le carnet de recherche : propositions d’articles
  • mise au point sur l’organisation du séminaire « Normes et mots »
  • calendrier prévisionnel pour 2014

Cette réunion n’est pas publique.