Conversion forcée et crimes de masse

« Comment les religions sont-elles devenues des idéologies meurtrières ? » À cette question, lancinante aujourd’hui, du fanatisme et du terrorisme à fondement religieux, on peut tenter de répondre en se plongeant dans les textes sacrés des grandes religions monothéistes et en montrant que le fondamentalisme est une lecture biaisée, totalitaire, de ces religions [1]. Cette interrogation sur les sources est nécessaire mais on ne peut s’y limiter, au risque d’enfermer la réflexion dans une comparaison entre les potentiels de violence respectifs des monothéismes.  À rebours de cette démarche, je propose ici de considérer l’une des modalités de la violence religieuse, la conversion forcée, pour la replacer dans le répertoire des violences politiques à l’encontre des minorités religieuses ou ethnico-religieuses.

La conversion forcée, essai de définition

Pour l’historien, la définition de la conversion forcée est problématique, tout dépend en effet de ce que l’on entend par « force ». On constate que selon les contextes, les lieux et les époques historiques, le répertoire des moyens qu’il est considéré comme licite d’employer pour conduire un individu à adopter une affiliation religieuse ou à en changer est varié : c’est un sujet de discussion pour les  théologiens et les experts du droit religieux. Le pouvoir politique, lui, se situe dans une autre sphère d’intervention. Les États s’attachent avant tout à définir une religiosité légitime inscrite dans l’ordre public, en agissant sur l’articulation entre le droit étatique et les normes ou le droit religieux, la localisation et la gestion des lieux de culte ou encore la formation et l’habilitation des membres des clergés. La garantie de la liberté des conversions n’est pas une préoccupation politique. Actuellement, dans divers États, la loi s’attache à réprimer l’apostasie [2], mais on ne trouve guère de textes réprimant explicitement la conversion forcée au nom de la liberté de conscience et de religion. Plusieurs États de l’Union indienne ont adopté dans les années 2000 des lois qui répriment la conversion « par la force ou la séduction », avec des peines de prison et de fortes amendes ; néanmoins ces dispositions n’ont pas pour objectif de protéger la liberté de conscience des citoyens de l’Inde, mais bien d’empêcher l’action des missionnaires chrétiens ou musulmans en direction des Hindous [3]. Elles s’inscrivent dans la perspective protectionniste qui caractérise les principales religions de par le monde.

L’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1948, repris par l’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme (1950), stipule que :

« Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion : ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seul ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites ».

Ce texte garantit la liberté de religion et de culte, mais aussi la liberté de conversion, de même que la liberté de ne pas professer de religion. En partant de ce principe, la conversion forcée peut être définie comme une action qui vise à contraindre un individu à changer de religion ou à en adopter une, en le privant de sa liberté de conscience et de religion, indépendamment des moyens adoptés pour cela. Il convient alors d’inclure dans le champ de la conversion forcée non seulement les violences physiques mais aussi ce que les théologiens catholiques appelaient jadis les « pressions indirectes », les discriminations et restrictions diverses frappant un groupe religieux spécifiquement et toutes leurs déclinaisons possibles, par exemple le boycott [4]. Qu’elle soit l’œuvre de groupes violents dans des attaques de type « pogrom » contre les membres d’une minorité, ou qu’elle procède de lois proscrivant ou imposant une religion, la conversion forcée s’adosse toujours à un pouvoir politique car, en fin de compte, le changement d’affiliation religieuse des individus victimes de ces violences doit être avalisé, enregistré, légalisé par le pouvoir politique, que celui-ci soit ou non un État reconnu internationalement.

14919969741_5c42503ddb_k
Vue du nord de l’Irak et du Kurdistan irakien : Erbil et Mossoul, photo de Stuart Rankin sur Flickr, 11 août 2014

Violences de masse et génocide

En élargissant la perspective, je propose d’inclure la conversion forcée dans le répertoire des violences perpétrées par les États sur les minorités, dans le cadre de politiques de régulation de conflits entre groupes ethniques, religieux ou ethnico-religieux [5]. Ces pratiques de violence ont été particulièrement étudiées pour la période récente, dans les Balkans, l’Afrique de la région des Grands Lacs ou encore l’Irlande [6]. Ainsi, John McGarry et Brendan O’Leary ont dressé une typologie de huit modes de régulation des conflits ethniques par le pouvoir politique. Cette liste distingue, d’une part, les méthodes qui visent à l’élimination des différences ethniques (génocide, transferts massifs et forcés de populations, partition ou sécession du territoire, intégration ou assimilation de la minorité) et de l’autre, les méthodes de gestion des différences (contrôle hégémonique, arbitrage, cantonisation, partage du pouvoir). La perspective de ces chercheurs est celle des violences interethniques qui sont perpétrées en lien avec la construction des nations. Ils observent que certains États dont l’appareil politique est dominé par une faction, un groupe ou une ethnie, désignent un ou des groupes qui sont considérés comme inassimilables et dangereux pour la sécurité nationale, et cherchent à l’éliminer ou à le maintenir dans une situation subalterne, par ces différentes méthodes. Les chercheurs ont aussi affiné la typologie des violences contre les minorités. Ils distinguent, d’une part, la violence de masse qui met en danger la vie, la santé et les biens des minorités, et qui se manifeste de façon ponctuelle et par des événements exceptionnels (massacres, expulsions, migrations forcées) ; d’autre part, une violence régulière organisée par les institutions contrôlées par le pouvoir politique, violence dite « administrative » qui inclut aussi bien des discriminations que des violences physiques [7]. Le développement de ces recherches pour la période contemporaine est fortement lié à la criminalisation des pratiques de violence de masse, à la définition du caractère imprescriptible des crimes contre l’humanité (1964-1965) et au développement des tribunaux pénaux internationaux pour l’ex-Yougoslavie (1993) et le Rwanda (1994), ainsi qu’à la création de la Cour pénale internationale (Statut de Rome, 1998). Ces évolutions ont ainsi conduit à donner un statut juridique au génocide et au nettoyage ethnique, une expression formée dès 1805 en serbo-croate (etnicko ciscenje) lors du soulèvement des Serbes contre les Turcs, mais qui ne s’est internationalisée que dans les années 1990.

Lalish, Kurdistan irakien, photo de Chris de Bruyn sur Flickr, 28 novembre 2009
Entrée du tombeau du cheikh Adi, principal sanctuaire yezidi, Lalish (Irak, Kurdistan irakien), photo de Chris de Bruyn sur Flickr, 28 novembre 2009

Actuellement, il semble que la conversion forcée puisse entrer dans la catégorie des crimes contre l’humanité lorsque, conduite à grande échelle, elle vise à l’éradication complète d’un groupe religieux. Ainsi, le rapport du Haut-Commissariat des Nations-Unies au droits de l’homme, publié le 13 mars 2015 sur la base d’une enquête de terrain menée en Irak de juin 2014 à février 2015, fait état des violations commises tant par l’EI (État islamique ou DAECH) que par d’autres groupes terroristes, contre de nombreux groupes ethniques ou religieux : yézidis, chrétiens, turkmènes, sabéens, kaka’e et chiites. Concernant les yézidis et les chrétiens, le rapport relève des actes de conversion forcée sous la menace de mort, d’exactions financières (paiement d’impôt) ou d’expulsion, de même que de nombreuses violences visant, tout particulièrement, à détruire les yézidis en tant que groupe, par exemple l’asservissement des femmes et la conversion d’enfants yézidis ensuite enrôlés comme soldats. La conversion forcée est ici associée au crime contre l’humanité de transfert de population et aux actes de génocide, ainsi qu’à la destruction de lieux de culte et de sites patrimoniaux [8].  Mais la conversion forcée ne vise pas à l’élimination physique des individus et donc elle ne pourrait, à elle seule, être qualifiée d’acte de génocide selon la définition de l’article 6 du Statut de Rome : la reconnaître isolément comme acte de génocide (en supposant qu’une conversion forcée ne s’accompagne pas d’autres violences graves) reviendrait à protéger la religion en tant que telle, et non l’existence physique des individus. La qualification de génocide, si importante en droit pénal international, pourrait en être affaiblie. On suivra  avec attention, durant les prochains mois ou années, le travail des spécialistes du droit pénal international et des juges de la Cour pénale internationale afin de faire surgir une qualification criminelle appropriée pour ces violences qui provoquent, par l’assassinat, la persécution, l’expulsion, la fuite ou la réduction en esclavage, l’anéantissement de communautés religieuses vieilles de plusieurs siècles.

Ingénierie démographique

Tandis que le terme de génocide focalise l’attention, les chercheurs ont élaboré d’autres concepts permettant de caractériser les violences entre populations. Celui d’ingénierie démographique (demographic engineering[9], forgé dans les années 1990, concerne les entreprises étatiques de régulation des conflits ethniques :

« L’ingénierie démographique est un nouveau concept employé pour expliquer les migrations forcées et le nettoyage ethnique des dernières décennies dans plusieurs régions du monde telles que les Balkans, le Caucase et l’Afrique. Toutefois, il ne convient pas de confiner l’usage de ce concept à une région ou à une période historique, étant donné qu’il définit l’intervention de l’État concernant le niveau de la population, sa composition, sa distribution, son augmentation ou sa diminution. En d’autres termes, tout programme délibéré, ou toute politique de l’État, fondé sur la discrimination religieuse ou ethnique ou mis en œuvre pour des raisons politiques, stratégiques, ou idéologiques, et visant à accroître le pouvoir politique ou économique d’un groupe ethnique sur les autres en manipulant la population par des moyens divers peut être défini comme de l’ingénierie démographique [10] ».

Nuages et champ de blé, Kurdistan irakien, photo de Chris de Bruyn sur Klickr, 19 mars 2010
Nuages et champ de blé, Kurdistan irakien, photo de Chris de Bruyn sur Klickr, 19 mars 2010

L’ingénierie démographique implique un travail de l’État affectant la taille d’une population donnée, sa composition, sa distribution et son taux de croissance. Dans ce cas les mouvements démographiques ne résultent pas d’accidents naturels ni d’évolutions sociales ou de conjonctures économiques, mais d’actions délibérées de l’État. La motivation de ces actions étatiques est de garantir la sécurité et la stabilité du groupe politiquement dominant, face à ce qu’il perçoit comme une menace pour sa sécurité : la croissance démographique du ou des groupes minoritaires, son enrichissement, son dynamisme, son lien avec une diaspora, etc. Les États développent aussi, dans une perspective politique, des moyens d’observation des mouvements démographiques. Les procédés employés par l’ingénierie démographique peuvent être très variés et inclure des crimes contre l’humanité : politiques visant à contrôler la natalité du groupe visé ou à le fondre dans la population majoritaire, transferts, déportation ou expulsions de populations, nettoyage ethnique, mais aussi pressions économiques, fiscalité plus lourde, discriminations dans l’accès à l’emploi, politique linguistique, changement de nom des individus du groupe minoritaire, modification de la toponymie, campagnes de conversion forcée à grande échelle, etc. McGarry a insisté sur le lien étroit entre les politiques d’ingénierie démographique et l’avènement des États-nations : lorsque le critère d’ethnicité devient primordial dans la définition de l’affiliation à la nation, le groupe ethnique dominant tend à constituer en minorité les populations qui n’entrent pas dans ce cadre. Il y aurait donc, souvent, une coïncidence entre les guerres d’indépendance nationale et l’élimination des groupes ethniques minoritaires par le meurtre de masse ou l’émigration forcée, voire les deux [11].

Des concepts utiles en histoire moderne

Les travaux de McGarry, O’Leary, Weiner et Teitelbaum adoptent une démarche classificatoire, constituant des typologies et des grilles de lecture en se fondant sur des exemples historiques très divers, puisés aussi bien dans l’histoire des empires russe, chinois et ottoman, que dans celle du Troisième Reich et de l’Union Soviétique, et jusqu’à la période actuelle [12]. Les concepts qu’ils explorent s’avèrent précieux pour revisiter l’histoire de territoires spécifiques, dans une perspective monographique. Ainsi, celui d’ingénierie démographique connaît depuis quelques années une importante réception dans les études turques et ottomanes [13]. L’emploi du terme de génocide dans ce domaine de recherches se heurte aux positions adoptées par le gouvernement turc, hostiles à la reconnaissance du génocide arménien comme fait historique impliquant la responsabilité de l’État ottoman. Mais précisément, le fait que l’ingénierie démographique se définit par référence au rôle central de l’État le rend particulièrement apte à rendre compte de violences commises, dans l’Empire ottoman, à l’initiative des sultans eux-mêmes puis des dirigeants de la république. Nesim Şeker, auteur de la définition citée plus haut, inscrit son étude dans la longue durée de l’Etat ottoman, incluant dans l’ingénierie démographique la pratique du sürgün, c’est-à-dire du transfert et de la déportation de populations sur de longues distances, qui accompagna la conquête militaire ottomane depuis le repeuplement de Constantinople à la fin du XVe siècle par Mehmet II et celui de Chypre après 1571. Le sürgün demeura un moyen de sécuriser les frontières ou de repeupler un territoire, jusqu’à la sédentarisation forcée de tribus nomades aux XVIIIe et XIXe siècles. Le même terme est également utilisé en turc pour désigner la déportation des Tatars de Crimée en 1944. Au début du XXe siècle, les politiques d’élimination des minorités et de promotion de l’ethnicité turque furent influencées par les conceptions du darwinisme social venues d’Allemagne et marquées par une recherche de la précision, comme en témoigne la fixation, par les autorités, d’un plafond de 5 à 10% d’éléments non-turcs parmi la population turque d’Anatolie. Sans développer davantage les apports de telles études pour la période contemporaine, on retiendra que le concept d’ingénierie démographique s’avère fécond dans le domaine des études ottomanes, permettant d’inclure des violences très diverses dans leur intensité et leur échelle et d’établir des continuités entre la tradition impériale de traitement des question ethnico-religieuses et les politiques mises en œuvre au moment du passage à l’État-nation.

Profil d'homme, Tunis, photo de Beshef sur Flickr.
Profil d’homme, Tunis, photo de Beshef sur Flickr.

Dans une démarche similaire, il me semble que les notions forgées par les analystes des conflits ethniques ou ethnico-religieux de l’époque contemporaine ouvrent aussi des perspectives pour l’histoire de l’Europe occidentale et, par exemple, celle des relations entre les États chrétiens et les minorités juive, musulmane et morisque en Espagne à la fin du Moyen Âge et jusqu’au début du XVIIe siècle. Jusqu’ici en effet, les expulsions, conversions forcées et transferts de population effectuées dans les États ibériques durant cette période ont surtout été étudiées par rapport aux groupes qui en ont été les victimes, et non dans l’optique de caractériser les politiques d’État alors mises en œuvre. Pourtant, le caractère d’exceptionnalité d’événements tels que l’expulsion des juifs d’Espagne en 1492 ou de l’expulsion des morisques en 1609-1614 réside dans l’échelle des opérations, leur durée et le nombre des expulsés, bien plus que dans la nature même du procédé. La thèse de Manuel Lomas [14], qui a repris sur les traces d’Henri Lapeyre [15], l’étude du processus d’expulsion des morisques dans ses dimensions politique, administrative et logistique a marqué une importante avancée historiographique en mettant en lumière la complexité de cette immense opération étatique que fut l’émigration forcée, en l’espace de cinq années, de plusieurs centaines de milliers de personnes. Un travail collectif mené récemment sur les expulsions de minorités religieuses dans l’Europe des XIIIe-XVIIe siècles a été l’occasion d’intégrer ces expulsions/conversions forcées ibériques dans une perspective comparatiste, de montrer la relation étroite et la complémentarité fonctionnelle entre les entreprises de conversion forcée de minorités et les décrets d’expulsion [16]. L’étude des politiques des États européens en construction à partir du XIIIe siècle (France, Angleterre) ou celle du cas de Genève au XVIe siècle montrent que l’expulsion des groupes et des individus considérés comme indésirables fut, durant cette période, un procédé de gouvernement fréquent et admis, et qu’il frappait des minorités religieuses (catholiques, protestants, juifs) ou des groupes sociaux (mendiants, délinquants, prostituées), avec un double objectif : exclure les plus récalcitrants afin de purifier le corps social, inclure une partie du groupe minoritaires en l’assimilant aux valeurs socio-religieuses dominantes.

Une des objections possibles à l’emploi du concept d’ingénierie démographique dans le contexte des États ibériques est qu’il a été élaboré sur le terrain des mouvements nationalistes, visant à l’élimination des ethnies désignées comme ennemies ; il ne serait donc pas pertinent dans une grille de lecture de conflits plus spécifiquement religieux tels celui entre chrétiens et musulmans à l’époque moderne. Selim Deringil dans son récent ouvrage sur l’empire ottoman au XIXe siècle, écarte ce type d’objection  [17] : il souligne à quel point la religion était devenue, dans l’empire ottoman, un marqueur de l’identité nationale, si bien que l’apostasie n’était plus seulement vue comme une défection individuelle mais comme une trahison qui affecte l’ensemble du groupe. Lorsque la lutte entre les nationalismes concurrents s’exprime en termes religieux, l’apostasie est perçue comme une « dé-nationalisation ». Cette remarque peut s’appliquer à d’autres contextes. C’est aussi ce terme de « dénationalisation » qui caractérise la conversion de l’hindouisme au christianisme ou à l’islam telle qu’elle est vue par les conservateurs hindous : la conversion est perçue comme la mise en péril de l’identité culturelle, du style de vie et des coutumes hindoues, identifiés directement à l’identité nationale indienne.

« Cette interprétation des conversions [remarque Christophe Jaffrelot] reflète une conception de l’appartenance à une communauté religieuse comme un fait politique. Elle renvoie à une lecture ethno-nationaliste des affiliations religieuses : être chrétien revient ici, pour un Indien, à se rattacher au monde occidental et donc à faire figure de traître en puissance à la nation indienne. Ce raisonnement s’applique d’ailleurs aussi aux Musulmans, volontiers accusés de prêter allégeance à des autorités religieuses basées au Moyen Orient en vertu d’un pan-islamisme mettant la sécurité nationale en danger [18]

Photo de Beshef sur Flickr.
Photo de Beshef sur Flickr.

Bien que le contexte du début du XVIIe siècle soit différent, il me semble que ces remarques sont également pertinentes pour les discussions sur les morisques. L’ethnicisation des morisques élaborée au long du XVIe siècle par les autorités et les intellectuels conduisit à les considérer à la fois selon des catégories religieuses et des critères ethniques et culturels, tandis que se renforçait l’identification entre catholique vieux-chrétien et espagnol. De plus, dans la logique du caractère confessionnel de la monarchie, l’apostat se plaçait hors du corps politique, il était nécessairement un traître. Le concept d’ingénierie démographique invite à questionner aussi les décisions étatiques concernant le déplacement des populations. On pourrait étudier la politique des monarques en matière de maintien ou de déplacement des populations minoritaires et d’installation de colons, dès l’époque de la Reconquête.  : s’agit-il de décisions ponctuelles, conjoncturelles, ou de politiques pensées et organisées dans la durée ? Sur la base de quels savoirs et outils cartographiques, de quels moyens de comptage des populations, et avec quelles limites pratiques ? Peut-on repérer une capitalisation du savoir administratif en matière de déplacements de populations ou encore des transferts d’expérience entre la péninsule Ibérique et le Nouveau Monde ? La liste des moyens proposés au début du XVIIe siècle à Philippe III pour venir à bout du problème morisque prend un nouveau relief dans une telle perspective. Des procédés tels que la déportation à Terre-Neuve ou la mise à mort par noyade sur des embarcations percées, dénoncés par l’historien Jean Vilar [19] comme l’expression de la barbarie des conseillers du souverain – une barbarie que l’historien associait à la « solution finale » et donc au génocide des juifs par les nazis – ces propositions peuvent aussi être vues comme délibérément excessives, permettant de faire ressortir le caractère « modéré » de l’expulsion des morisques proposée par d’autres conseillers. En même temps, ces propositions d’élimination massive apparaissent vraisemblables au regard des ressources de l’État moderne, donc pas si « imaginaires » que cela. Quant aux propositions alternatives à l’expulsion [20], ces moyens »doux »  d’obtenir la conversion effective des morisques qui ont longtemps été rangés du côté d’un courant « modéré », ils semblent bien relever d’une ingénierie démographique avant la lettre : recensement et contrôle des populations morisques, dispersion parmi la population des vieux-chrétiens, impossibilité pour les morisques de se regrouper d’un quartier à l’autre, assignation la résidence perpétuelle sous peine de mort ou encore politique d’éradication linguistique.

Les qualifications juridiques actuelles concernant les crimes contre l’humanité procèdent amplement du travail des chercheurs étudiant la période contemporaine et mettant au point de nouveaux concepts pour l’interprétation des faits. Ces concepts présentent une utilité pour l’analyse de périodes plus anciennes car ils invitent à tracer de nouvelles grilles de lecture et à susciter de nouveaux questionnements. Il ne s’agit pas, à mon sens, d’intenter des procès à plusieurs siècles de distance des événements. En retour – et cette conviction est au coeur du programme Pocram – la recherche sur les attitudes du pouvoir politique face au changement religieux dans la longue durée devrait faciliter le décryptage des événements contemporains, en nous invitant à élaborer une phénoménologie historique des violences politiques à fondement religieux, sur de longues périodes et dans divers contextes, sans demeurer pris dans l’obsession des grands textes fondateurs.

Pour citer cet article : Isabelle Poutrin, « Conversion forcée et crimes de masse », Conversion/Pouvoir et religion, 21 octobre 2015. URL : http://pocram.hypotheses.org/956 

[1] Voir par exemple la série proposée par Henri Tinq, journaliste spécialiste des religions, sur le thème « Violence et sacré » : http://www.slate.fr/story/106487/comment-les-religions-sont-redevenues-des-ideologies-meurtrieres. L’expression de « religions meurtrières » est empruntée au livre d’Élie Barnavi, Les Religions meurtrières, Paris, Flammarion, coll. « Champs actuel », 2006.

[2] Dans ce carnet, voir Isabelle Poutrin, « Aperçus sur les normes juridiques actuelles », Conversion/Pouvoir et religion, 14 mars 2014, URL : http: pocram.hypotheses.org/85

[3] Voir Christophe Jaffrelot, « L’affiliation religieuse comme fait politique en Inde : la (re)conversion à l’hindouisme des aborigènes chrétiens », Socio-anthropologie [En ligne], 25-26 | 2010, mis en ligne le 14 novembre 2012, consulté le 20 octobre 2015. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1269

[4] Dans ce carnet, voir  Isabelle Poutrin, « Du ghetto comme instrument de conversion », Conversion/Pouvoir et religion, 7 février 2015.  URL : http://pocram.hypotheses.org/625

[5] Le terme de régulation suggère l’action dominatrice du pouvoir politique, mais non le caractère pacifique des moyens employés.

[6] John McGarry, Brendan O’Leary, The Politics of Ethnic Conflict Regulation: Case Studies of Protracted Ethnic Conflicts, London, Routledge, 1993.

[7] Milica Z. Bookman, Ethnic Groups in Motion : Economic Competition and Migration in Multiethnic States, Londres-Portland, Frank Cass, 2002.

[8] Voir, pour ce développement sur conversion forcée et génocide, le bulletin de sentinelle-droit-international.fr du 4 septembre 2015 avec le lien vers le rapport du Haut-Commissariat des Nations-Unies.

[9] John McGarry, « Demographic Engineering ; the state directed movement of ethnic groups as a technique of conflict regulation », Ethnic and Racial Studies, vol. 21, n°4, July 1998, p. 613-638 ; Myron Weiner, Michael S. Teitelbaum, Political Demography, Demographic Engineering, New York and Oxford, Berghan Books, 2001.

[10] Nesim Şeker, « Demographic engineering in the late Ottoman Empire and the Armenians », Middle Eastern Studies, vol. 43, n°3, 2007, p. 461.

[11] Nesim Şeker, « Forced Population Movements in the Ottoman Empire and the Early Turkish Republic: An Attempt at Reassessment through Demographic Engineering », European Journal of Turkish Studies, 16 (2013), « Demographic Engineering » III, p. 3. Je conseille la lecture de l’ensemble du dossier de la revue EJTS, en trois volets. URL : http://ejts.revues.org/4396

[12] John McGarry et Brendan O’Leary, The Politics of Ethnic Conflict Regulation…, op. cit. ; Myron Weiner et Michael S. Teitelbaum, Political Demography…, op. cit.

[13] Nikos Sigalas et Alexandre Toumakine, « Ingénierie démographique, génocide, nettoyage ethnique. Les paradigmes dominants pour l’étude de la violence sur les populations minoritaires en Turquie et dans les Balkans », European Journal of Turkish Studies, 7 (2018), « Demographic Engineering » Part I, URL : http://ejts.revues.org/2933; Nesim Şeker, « Forced Population Movements », art. cit. Voir aussi Dominik J. Schaller, Jürgen Zimmerer (dir.), Late Ottoman Genocides. The dissolution of the Ottoman Empire and Young Turkish population and extermination politics, Oxon, Routledge, 2009.

[14] Manuel Lomas Cortés, El proceso de expulsión de los moriscos de España (1609-1614), Universitat de València-Universidad de Granada-Universidad de Zaragoza, « Biblioteca de Estudios moriscos » 8, 2011.

[15] Henri Lapeyre, Géographie de l’Espagne morisque, Paris, 1959.

[16] Isabelle Poutrin et Alain Tallon (dir.), Les expulsions de minorités religieuses dans l’Europe des XIIIe-XVIe siècles, Pompignac, Éditions Bière, 2015.

[17] Voir dans ce carnet : Isabelle Poutrin, « Conversion et apostasie dans l’empire ottoman, du Tanzimat aux massacres hamidiens (1839-1909) », Conversion/Pouvoir et religion, 14 juin 2015. URL : http: pocram.hypotheses.org/818

[18] Christophe Jaffrelot, « L’affiliation religieuse comme fait politique », article cité (n. 3), § 12.

[19] Jean Vilar, « De quelques barbares conseils (l’imaginaire de la solution finale au Siècle d’Or) », in Jean-Paul Duviols et Annie Molinié-Bertrand Annie (dir.), La violence en Espagne et en Amérique, Paris, 1997, p. 255-269.

[20] Dans ce carnet, voir Isabelle Poutrin, « L’évêque Esteve et les morisques. Un projet policier pour la conversion », Conversion/Pouvoir et religion, 20 avril 2015. URL : http: pocram.hypotheses.org/774


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *