Les conquêtes hasmonéennes et la judaïsation des Iduméens (Ier-IIe siècles avant notre ère)

La table ronde « Conquêtes et conversions dans le judaïsme, le christianisme et l’islam« , tenue à l’Institut du monde arabe lors de la 2e édition des Rendez-vous de l’Histoire du monde arabe le 22 mai 2016 a été l’occasion d’une réflexion sur quatre situations de conquête par des conquérants d’une autre religion que celle du peuple conquis : la conquête de l’Idumée par les Judéens, celle de l’Egypte copte par les musulmans au VIIe siècle, celle de la Sicile islamique par les Normands au XIe siècle, enfin celle de l’émirat de Grenade par les Rois Catholiques à la fin du XVe siècle.  Katell Berthelot, historienne du judaïsme antique, a accepté de donner son texte pour le carnet Conversion/Pouvoir et religion.

La conquête hasmonéenne

L’idée que l’histoire juive ait connu des épisodes de conquête suivie de “conversions” ou de judaïsation forcée(s) peut surprendre. En effet, dans l’histoire du peuple juif, l’absence de souveraineté politique sur une terre, l’absence d’armée et la condition de minorité souvent persécutée ont constitué autant de facteurs rendant la conquête de territoires et la conversion d’autres groupes ou peuples par la force des armes littéralement impossibles. Cela ne signifie pas qu’il n’y eut pas de conversions au judaïsme, mais il s’agit en général de cas individuels dans des contextes qui ne sont pas liés à des conquêtes militaires juives. Néanmoins, dans l’Antiquité, et plus précisément aux IIe et Ier siècles avant notre ère une dynastie de prêtres connue sous le nom de Maccabées ou Hasmonéens, réussit à prendre le pouvoir en Judée. Elle s’affranchit alors de la tutelle des rois grecs de la dynastie des Séleucides qui dominaient l’Asie. Sous Jean Hyrcan, qui fut grand prêtre de 135 à 104 avant notre ère, les Judéens entreprirent des guerres de conquête en Transjordanie (la région située à l’Est du Jourdain), en Samarie (le Nord de la Cisjordanie actuelle) et en Idumée, région située au sud de la Judée, autour de Hébron et au sud-est de la mer Morte.

Mer morte (Israël), photo de nborun sur FlickrMer morte (Israël), photo de nborun sur Flickr.

Les fouilles archéologiques réalisées en Idumée témoignent des nombreuses destructions liées à la conquête hasmonéenne, y compris des destructions de sanctuaires “païens” (ou polythéistes). Quant au sort des populations, il nous est connu par des sources littéraires et épigraphiques (des inscriptions). La source la plus importante est un passage des Antiquités juives de l’historien juif Flavius Josèphe, qui vécut de 37 à 100 de notre ère environ. Celui-ci écrit qu’après avoir soumis les Iduméens, Jean Hyrcan « leur permit de demeurer dans le pays à condition qu’ils se fassent circoncire et acceptent de vivre selon les lois des Judéens. Eux, par attachement pour la terre ancestrale, se soumirent à la même circoncision et au même mode de vie, sur les autres (points), que les Judéens. Et désormais ceux-là sont devenus eux-mêmes Judéens (ou : Juifs) » (Antiquités juives XIII, 257-258).

Un autre historien, grec cette fois, du nom de Ptolémée, écrit au début du Ier siècle, dans un ouvrage Sur le roi Hérode : « Les Iduméens et les Judéens diffèrent […]. On appelle Judéens ceux qui le sont naturellement depuis l’origine ; et Iduméens, ceux qui n’étaient pas Judéens à l’origine, mais Phéniciens et Syriens. Ayant été vaincus par les Judéens et contraints de se circoncire, de contribuer au peuple (c’est-à-dire de verser un impôt lié à leur association avec les Judéens) et de respecter les mêmes usages, ils furent appelés Judéens ».

La circoncision représente une coutume juive centrale, mais elle est aussi le symbole de l’alliance entre Dieu et le peuple d’Israël, ou entre Israël et d’autres peuples. Elle était au demeurant pratiquée par les Iduméens avant la conquête hasmonéenne, du moins lorsqu’ils ne s’étaient pas trop hellénisés – on sait que les Grecs avaient horreur de la circoncision. Les aspects principaux de la judaïsation des Iduméens, tant d’après Ptolémée que Flavius Josèphe, sont en définitive le fait d’adopter les lois judéennes, le mode de vie des Judéens ou Juifs, et la dimension coercitive.

Certains Iduméens n’acceptèrent pas les conditions de Jean Hyrcan et s’exilèrent en Égypte. Des inscriptions datant de la fin du IIe siècle av. n. è., révèlent la présence d’une communauté iduméenne installée à Memphis. Chez ces Iduméens d’Égypte, on ne trouve nulle trace de judaïsation ; ils restèrent fidèles au culte du dieu Cos, assimilé à Apollon.

En Idumée même, le culte du dieu Cos ne fut pas complètement abandonné ; du moins les noms théophores de type Costobar persistèrent. On sait que, près d’un siècle après la conquête par Jean Hyrcan, un membre des élites iduméennes portait ce nom ; ses ancêtres avaient été prêtres du dieu Cos, avant d’être “judaïsés”. Il s’agit du beau-frère du roi Hérode (roi de Judée de 37 à 4 av. n. è.), lui-même d’origine iduméenne par son père. Costobar critiquait la subordination des Iduméens aux Judéens, estimant « indigne des Iduméens d’avoir adopté les (usages) des Judéens pour être sous la dépendance de ceux-ci » (Josèphe, Antiquités juives XV, 255). Ses velléités indépendantistes lui valurent d’être mis à mort par Hérode, qui semble avoir été plutôt soucieux de préserver la cohésion de son royaume. Mais ce passage nous fournit une information précieuse, en ce qu’il révèle que les Iduméens, bien que considérés d’une certaine manière comme Juifs, conservaient un statut subordonné ou de second rang au sein de la société judéenne, et ce, même si le roi Hérode était lui-même un descendant d’Iduméens.

Par la suite, lors de la grande révolte juive contre l’empire romain en 66-70 de notre ère, les Iduméens témoigneront pourtant d’une fidélité tenace au temple du Dieu d’Israël à Jérusalem, qu’ils voudront défendre les armes à la main. Mais le récit de Flavius Josèphe montre que, 180 ans après la conquête de l’Idumée et la judaïsation qui s’ensuivit, les Iduméens demeuraient encore un groupe à part, un ethnos dans l’ethnos, un groupe distinct à l’intérieur du peuple judéen.

Une judaïsation sans assimilation

Comment comprendre cette place à part des Iduméens dans la société judéenne, leur judaïsation et, en même temps, le maintien de la distinction entre Iduméens et Juifs de naissance, que reflète le témoignage de Ptolémée ? La judaïsation répondait à plusieurs besoins : d’une part, la nécessité d’éradiquer des pratiques idolâtres qui suscitaient un fort antagonisme au sein de la population juive ; d’autre part, la nécessité d’asseoir le pouvoir de la dynastie hasmonéenne de manière stable, en jouant sur plusieurs tableaux : 1) il fallait capter au bénéfice de la dynastie les revenus fiscaux qui allaient aux sanctuaires “païens” rivaux du temple de Jérusalem, et éliminer les élites sacerdotales concurrentes ; 2) le territoire contrôlé par Jean Hyrcan s’étant considérablement élargi, il était préférable de ne pas expulser des populations qui, de par leur proximité culturelle avec les Judéens (illustrée entre autres par la pratique partagée de la circoncision), pouvaient constituer des alliés, s’ils étaient suffisamment associés aux bénéfices de l’ordre nouveau. L’imposition des lois juives visait à intégrer les Iduméens de manière durable à la société judéenne.

Si les Iduméens demeurèrent malgré tout un groupe à part au sein de la société judéenne, c’est parce que celle-ci était organisée autour de principes généalogiques stricts. Les textes de la Bible hébraïque distinguent entre les prêtres, les lévites, les Israélites et les gerim, à savoir les étrangers intégrés de manière stable au peuple d’Israël et soumis à presque toutes ses lois. L’appartenance à l’une ou l’autre catégorie dépendait de l’identité du père : un Israélite engendrait un fils israélite, un prêtre engendrait un prêtre, et un ger (singulier de gerim) engendrait un ger. Le changement de catégorie n’était pas possible.

Dans le contexte hasmonéen, la judaïsation des Iduméens répondait en définitive au besoin de conférer à ce groupe un statut juridique ou juridico-religieux clairement défini au sein du nouvel Etat, ainsi qu’au besoin de nouer des liens d’alliance durables avec un groupe ethnique distinct des Israélites, mais qui pouvait d’après les généalogies bibliques se rattacher à la descendance des patriarches Abraham et Isaac. En effet, dans la tradition juive, les Iduméens étaient considérés comme les descendants d’Esaü, le frère jumeau de Jacob-Israël.

C’est seulement dans la littérature rabbinique des premiers siècles de notre ère que l’on rencontre le concept de conversion, tel qu’il perdure aujourd’hui dans le judaïsme, à savoir le fait qu’une personne qui n’est pas née juive puisse le devenir pleinement, à égalité (ou presque) avec le Juif de naissance. Mais à l’époque de la dynastie hasmonéenne, le passage d’une catégorie à l’autre n’était pas envisageable. La judaïsation de populations non-juives s’accompagnait par conséquent de leur maintien dans la catégorie générale des gerim, inférieurs aux Israélites de naissance. Si Hérode devint roi de Judée malgré ses origines iduméennes, c’est uniquement parce que cette décision fut prise par le sénat de Rome, et qu’Hérode sut, par la suite, être un allié et un client fidèle de l’empereur Auguste.

Procession des soldats romains portant les objets du temple de Jérusalem, Arc de Titus, Forum, Rome (Italie). Photo de DogFrog sur Flickr
Procession des soldats romains portant les objets du temple de Jérusalem, Arc de Titus, Forum, Rome (Italie). Photo de DogFrog sur Flickr

Katell Berthelot est directrice de recherche au CNRS, au sein du Centre Paul-Albert Février (TDMAM, UMR 7297, Aix-Marseille Université – CNRS). Historienne du judaïsme à l’époque hellénistique et romaine, elle dirige actuellement un programme financé par le Conseil européen de la recherche (ERC) sur l’impact de l’impérialisme romain sur la formation du judaïsme antique (2e s. av. notre ère – 7e s.). Auteur de nombreux livres et articles, elle publiera en 2017 chez Vandenhoeck & Ruprecht un ouvrage sur les guerres hasmonéennes intitulé In Search of the Promised Land? The Hasmonean Dynasty Between Biblical Models and Hellenistic Diplomacy.

  • Philanthrôpia judaica. Le débat autour de la “misanthropie” des lois juives dans l’Antiquité, Leiden – Boston, Brill, 2003 (Supplements to the Journal for the Study of Judaism n°76)
  • L’identité à travers l’éthique. Nouvelles perspectives sur la formation des identités collectives dans le monde gréco-romain, dir. par Katell Berthelot, Ron Naiweld et Daniel Stökl Ben Ezra, Turnhout, Brepols, 2015.
  • « La représentation juive de l’empire romain comme pendant et frère jumeau d’Israël. Histoire et enjeux », Revue de l’Histoire des Religions 233/2, 2016 (avant-propos de Katell Berthelot ; articles de Katell Berthelot, Matthias Morgenstern, Hervé Inglebert, Ron Naiweld).

Pour citer cet article : « Les conquêtes hasmonéennes et la judaïsation des Iduméens (Ier-IIe siècles avant notre ère), par Katell Berthelot », Conversion / pouvoir et religion, 8 juillet 2016.

En ligne : https://pocram.hypotheses.org/1258


Une réflexion au sujet de « Les conquêtes hasmonéennes et la judaïsation des Iduméens (Ier-IIe siècles avant notre ère) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *