Anaclet ou les limites de la conversion

De l’élection de 1130 à la fin du schisme

« Anaclet » : tel est le nom étrange choisi par un certain Pietro Pierleoni lors de son accession au trône de saint Pierre, en 1130 [1].  À l’approche de la mort d’Honorius II, que l’on savait malade, deux partis opposés s’étaient formés. L’un, partisan de la famille des Frangipani, était emmené par le cardinal-chancelier français Aymeric de la Chatre, chancelier de la curie pontificale. L’autre, celui qui fit de Pietro Pierleoni son champion, réunissait beaucoup de Romains, la majorité des cardinaux (dont le grand canoniste Pierre de Pise, que Bernard de Clairvaux retourna plus tard contre Pietro), sans oublier Roger II de Sicile et quelques soutiens, plus rares, hors d’Italie.

Dans des circonstances confuses, et aux termes d’élections probablement irrégulières l’une et l’autre, les deux hommes deviennent pape le même jour, le 14 février 1130. Pietro, devenu Anaclet II, s’oppose dès lors à Innocent II (Gregorio Papareschi). Après quelques mois, pour des raisons diverses (le poids des soutiens respectifs, les tactiques mises en œuvre par les deux rivaux, leur conception politique différente de la papauté), Innocent l’emporte. Le « schisme d’Anaclet » ne prend fin officiellement qu’en 1139. La défaite d’Anaclet est claire ; il figure désormais dans la liste des « antipapes ».

Latinville, Saint Bernard foulant le schisme d’Anaclet devant Innocent II (1772, église Notre-Dame, Niort). Photo de Ph. Michaud, « L’abbaye cistercienne Notre-Dame des Châtelliers ». 

Un « pape juif » ?

Comme l’écrit Voltaire, « celui qu’on appelait le pape juif étant mort, après avoir siégé huit ans, Innocent II fut possesseur paisible [2] ». Un « pape juif » ? C’est qu’Anaclet appartient à la riche et puissante famille Pierleoni, qui a des origines juives. Il compte, parmi ses grands-parents, un homme qui est né juif et qui s’est converti au christianisme. Rien là de rare, et, faut-il le dire ? rien là de déterminant ni selon la loi juive, qui détermine l’appartenance au peuple juif plutôt par voie matrilinéaire, ni selon le droit canonique.

L’assignation à une identité juive pour le moins lacunaire fonctionne néanmoins. L’évêque Manfred de Mantoue ou l’archidiacre Arnulf de Séez évoquent la « perfidie juive » d’Anaclet, sa dépravation, sa relation incestueuse avec sa sœur, son hérésie ; Arnulf dit même que sa judéité est bien visible sur son visage[3]. Dans une lettre de 1131, Innocent écrit qu’il prend bonne note du fait qu’Hugues, l’archevêque de Rouen, s’oppose à Anaclet en raison de la folie de la perfidie juive. Certains évêques comparent l’élection d’Anaclet à la trahison des Juifs qui, à la même heure, crucifièrent Jésus. N’hésitant pas à mêler les accusations, l’archevêque Gautier de Ravenne parle du schisme d’Anaclet comme d’une « hérésie de la perfidie juive [4] » (à côté de maintes autres critiques). Les accusations sont nombreuses, et présentes non seulement dans la correspondance et la littérature polémique du temps, mais aussi dans l’historiographie – ainsi les Actes des évêques du Mans présentent-ils Pietro-Anaclet de la sorte :

Ce Pierre tirait son origine du judaïsme, héraut de l’Antéchrist, fils de Satan, propagateur du schisme, inventeur du mensonge, perturbateur de la loi, pilleur de l’Église, violeur de la foi, commencement, milieu et fin du fléau [5].

Enfin, dans diverses lettres, Bernard de Clairvaux lui-même (pourtant connu pour avoir défendu les Juifs lors de la deuxième croisade) fait allusion à la prétendue identité juive d’Anaclet, dont il fut un adversaire acharné – la stature de cet opposant contribuant notablement à la défaite du « pape juif ». L’attaque la plus célèbre se trouve dans une lettre qu’il adresse à l’empereur Lothaire III, en 1134 : le saint homme y affirme que « c’est une injure faite au Christ que la lignée juive occupe la chaire de Pierre [6] ».

Rien d’antijuif n’avait été dit contre Pietro tant qu’il n’était que légat pontifical – et l’on trouve après lui d’autres prélats dans la famille Pierleoni, notamment deux neveux cardinaux. Bien sûr, on sait qu’il est issu d’une famille de convertis (ou, plutôt, qu’un de ses aïeux s’est converti) : du reste, des membres de sa famille ont pu déjà avant lui souffrir d’antisémitisme. On avait ainsi dit de Leo, grand-père de Pietro, que son habitude de l’usure n’avait pas été enlevée par le baptême ; quant à Giordano, frère de Pietro, Orderic Vital le décrit comme « un jeune homme foncé et pâle [au sens de « brun et pâle » ? nous laissons au lecteur le soin de comprendre cet oxymore], plus juif ou sarrasin d’apparence que chrétien, vêtu sans doute d’excellents vêtements, mais difforme de corps [7] ». C’est l’accession à la dignité pontificale qui déclenche cette campagne contre Anaclet.

Sur les limites de la conversion

L’origine juive semble ici une faiblesse latente, « en sommeil », que l’on connaît sans aucun doute (on rappelle toujours que quelqu’un est d’origine juive), mais que l’on ne « mobilise » qu’en cas de besoin, afin de disqualifier l’adversaire, notamment quand est en jeu une position de pouvoir. L’idée de ceux qui procèdent ainsi est, pourrait-on dire, qu’il ne faut pas exagérer : s’il est bon que les Juifs se convertissent, et s’il faut y œuvrer de diverses manières – par l’amour plutôt que par la contrainte –, il n’est cependant pas tolérable qu’ils deviennent papes. Ce que Bernard refuse n’est pas le baptême, mais le fait que « la lignée juive occupe la chaire de Pierre ». La lignée (le texte latin donne « Judaicam sobolem ») comme distincte de la foi et du statut canonique véritable, en somme.

L’accession d’un Juif (ou d’un homme ayant des origines juives, fussent-elles lointaines voire imaginaires) à la dignité pontificale renvoie à la complexité de la relation du christianisme avec son origine juive, qui est la matrice de maintes croyances, rumeurs et légendes : au fond, les premiers chrétiens n’étaient-ils pas juifs et, parmi eux, Pierre-Simon, le premier pape ? Mais Pierre a reconnu le caractère messianique de Jésus, ce qu’ont tardé à faire les aïeux de Pietro. Le « pape juif » est une figure récurrente côté chrétien : en plus d’Anaclet, évoquons la figure obscure de Grégoire VI (1045-1046), celle, glorieuse, de Grégoire VII (1073-1085), voire celle d’Alexandre III (1159-1181), auxquels on prête des origines juives [8] ; du reste, cette légende est attestée aussi côté juif, avec bien sûr un sens différent (qu’il se sache ou se découvre juif d’origine, le « pape juif » finit par revenir à la religion de ses pères). Elle prend selon les contextes des significations et des formes très variées, mais elle renvoie comme de manière très raccourcie à la relation historique entre judaïsme et christianisme. On voit quelles sont les limites complexes du baptême, le premier des sacrements pourtant : la conversion au christianisme, souhaitée et acceptée par tous, n’empêche pas tout à fait que, quand de vives rivalités sociales ou politiques se font ressentir, cette conversion soit entièrement ou partiellement ignorée par des opposants. Le chrétien dûment baptisé d’origine juive n’est peut-être pas vraiment juif aux yeux de ceux qui l’attaquent, au fond. C’est un soupçon, une appartenance en demi-teinte ; ou un prétexte, une insulte. En tout cas les Juifs convertis et leurs descendants sont parfois conçus comme porteurs d’une trace qui n’est jamais oubliée mais qui est parfois laissée de côté et parfois redécouverte et mobilisée.

Pour citer cet article : Pierre Savy, « Anaclet ou les limites de la conversion », Conversion/Pouvoir et religion (Hypotheses.org), 18 avril 2014.

En ligne : http://pocram.hypotheses.org/164


[1] La bibliographie sur le « schisme d’Anaclet » est fort vaste. Voir pour commencer, outre les articles des dictionnaires encyclopédiques existants : Franz-Josef Schmale, Studien zum Schisma des Jahres 1130, Cologne et Graz, 1961 ; Mary Stroll, The Jewish Pope. Ideology and Politics in the Papal Schism of 1130, Leyden, 1987.

[2] Voltaire, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations, chapitre 47, « De l’empereur Henri V, et de Rome jusqu’à Frédéric Ier ».

[3] Arnulf de Séez, Invectiva in Girardum Engolismensem Episcopum, éd. Julius Dieterich, dans Monumenta Germaniae historica…, Libelli de lite imperatorum et pontificum saeculis XI. et XII. conscripti, Hanovre, 1897, 3, p. 81-108, p. 92-93. Voir aussi Irven Michael Resnick, « Race, Anti-Jewish Polemic, Arnulf of Seez, and the Contested Papal Election of Anaclet II (A.D. 1130) », dans Kristine T. Utterback et Merrall Llewelyn Price dir., Jews in Medieval Christendom: Slay Them Not, Leiden, 2013, p. 45-70.

[4] Lettre à Norbert de Magdebourg, dans Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio…, éd. Giovanni Domenico Mansi, 21, Venise, 1776, col. 434.

[5] Actus pontificum Cenomannis in urbe degentium, éd. Gustave Busson et Ambroise Ledru, Le Mans, 1901, p. 433.

[6] Lettre 139 (Bernard de Clairvaux, Opera omnia, sex tomis in quadruplici volumine comprehensa…, dans Patrologiae cursus completus…, éd. Jacques-Paul Migne, 182, Montrouge, 1854, 1, lettre 139 [379], col. 294.

[7] Orderic Vital, Histoire de Normandie, XIII, éd. Louis-François du Bois, 4, Paris, 1827, p. 331.

[8] Voir Pier Fausto Palumbo, Lo scisma del millecentotrenta. I precedenti, la vicenda romana e le ripercussioni europee della lotta tra Anacleto e Innocenzo II. Col regesto degli atti di Anacleto II, Rome, 1942 ; Battista Picotti, « Della supposta parentela ebraica di Gregorio VI e Gregorio VII », Archivio storico italiano, 100, 381-382, 1942, p. 3-41.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *