Qu’est-ce que la conversion ? Du côté de la psychologie religieuse

Qu’est-ce que la conversion ? Soucieux de définir leur objet, les historiens citent volontiers des ouvrages considérés comme des classiques, relevant ou non de la discipline historique, et qui présentent un ensemble de notions et de classements ayant trait à la conversion. Mais ces classements ne sont pas neutres, et leur valeur heuristique pour les historiens peut être questionnée.

Expérience individuelle et grâce divine

Les premières études scientifiques sur la conversion apparaissent, semble-t-il, aux Etats-Unis au début du XXe siècle. Le philosophe William James (1842-1910), pionnier de la psychologie aux États-Unis, donne deux conférences sur ce sujet dans la série intitulée The Varieties of Religious Experience : A Study of Human Nature (1902). Peu après, Granville Stanley Hall (1844-1924), docteur en psychologie à Harvard et fondateur de l’APA (Association américaine de psychologie), consacre à la conversion religieuse deux chapitres de son ouvrage Adolescence (1904). La conversion y est considérée comme une expérience individuelle qui manifeste l’irruption de la grâce divine – conception qui remonterait aux mouvements piétistes de la Nouvelle-Angleterre [1]. Ainsi pour W. James :  

« Être converti, être régénéré, recevoir la grâce, faire l’expérience de la religion, gagner une assurance : autant d’expressions qui rendent compte du processus, graduel ou soudain, par lequel un individu jusque là divisé, consciemment mauvais, inférieur et malheureux, devient unifié, consciemment juste, supérieur et heureux, en conséquence de son emprise plus ferme sur les réalités religieuses. C’est, du moins, ce que la conversion signifie en termes généraux, que nous croyions ou non qu’une opération divine soit nécessaire afin d’apporter un tel changement moral [2] ».

Une telle conception de la conversion, centrée sur l’expérience psychologique individuelle, inspire des historiens de l’Antiquité tardive. Arthur Darby Nock (1902-1963), professeur d’histoire des religions à Harvard, définit la conversion comme

« la réorientation de l’âme d’un individu, son virage délibéré de l’indifférence ou d’une forme de piété antérieure, vers une autre, un tournant qui implique la conscience que l’ancien était mauvais, et que le nouveau est bien [3] ».

Cette définition est encore, de nos jours, rituellement citée. Le chanoine Gustave Bardy (1881-1955), professeur à l’Institut catholique de Lille, traite lui aussi la conversion en sujet de psychologie individuelle autant que d’histoire religieuse, opposant la conversion philosophique des hommes de l’Antiquité, qui modifiait seulement leurs convictions profondes, et la conversion chrétienne, renouvellement complet qui engageait le converti jusqu’au sacrifice de sa vie dans le martyre :

« désir de la vérité, désir de la délivrance et du salut, désir de la sainteté, ce sont là les grands motifs de la conversion chrétienne au cours des premiers siècles [4] ».

Durant les dernières décennies du XXe siècle, l’essor des études sur le thème de la conversion est inspiré par deux moments de l’histoire de l’humanité : alors que les historiens explorent la christianisation de l’Empire romain et des royaumes barbares, les sociologues des religions et les psychologues, surtout aux Etats-Unis, se penchent sur la floraison des nouveaux courants religieux (le mouvement New Age) et sur les phénomènes d’adhésion à des courants plus anciens (Témoins de Jéhovah, Mormons). Les historiens tendent à s’appuyer sur les catégories forgées pour analyser ces mouvements contemporains ; les psychologues et les sociologues évoquent des séquences historiques pour étayer leurs conceptualisations.

Affiliation, intensification, transition

L’ouvrage de Lewis R. Rambo Understanding Religious Conversion (1993) [5] fournit une typologie des conversions volontiers citée par les historiens. Il s’agit là d’un développement de la distinction qu’opérait A. D. Nock entre la conversion et l’adhésion – cette dernière étant définie comme l’acceptation d’une nouvelle religion, mais sans engagement spirituel du sujet. Lewis R. Rambo, pasteur et professeur de psychologie et de religion au San Francisco Theological Seminary, se fonde notamment sur des entretiens avec des convertis à divers mouvements chrétiens. Il dresse sa typologie sur des critères psycho-sociaux :

  • l’apostasie ou la défection est le fait d’abandonner une tradition religieuse, ou bien encore d’adopter un système de valeurs non rattachées spécifiquement à une tradition religieuse (on se place ici du point de vue de la religion « quittée »)
  • l’affiliation est l’adhésion à un nouveau mouvement religieux, de la part d’un individu jusque là peu impliqué dans une quelconque structure religieuse
  • l’intensification est le choix de placer l’engagement religieux au cœur de son existence, à l’intérieur d’une tradition, après une expérience religieuse (c’est la conversion-retour à Dieu)
  • la transition de tradition est le passage d’une tradition religieuse à une autre (par exemple du christianisme à l’islam ou inversement),
  • la transition institutionnelle est un changement d’option à l’intérieur d’une tradition religieuse (ainsi le passage du catholicisme au protestantisme : la conversion confessionnelle des historiens modernistes).
Southern California Harvest Crusade (25/08/2013), Angela Stadium, Anaheim CA. Photo de Justin Higuchi sous licence CC BY 2.0
Southern California Harvest Crusade (25/08/2013), Angela Stadium, Anaheim CA. Photo de Justin Higuchi sous licence CC BY 2.0

Ces classifications s’inscrivent dans un propos général qui est celui du missionnaire chrétien et protestant : L. R. Rambo définit la conversion « authentique » comme « une transformation totale de la personne par le pouvoir de Dieu », tout en admettant que ce processus s’inscrit nécessairement dans un contexte social, culturel et personnel précis. L. R. Rambo développe ensuite un modèle en sept séquences : contexte, crise, quête, rencontre, interaction, engagement, conséquences. Le cœur de l’ouvrage expose les éléments psychologiques qui disposeront un individu à adhérer à une nouvelle religion, pour peu que « l’avocat » (celui qui propose une alternative religieuse, autrement dit le missionnaire) ait développé la stratégie adéquate. L’élément politique est pris en compte comme un facteur contextuel qui permet au missionnaire d’approcher sa cible ou lui en interdit l’accès. Les Grandes Découvertes sont un exemple de facteur contextuel de mobilité, ayant mis en contact les religieux chrétiens et les populations indigènes d’Amérique. L’attitude des gouvernements est cruciale pour la possibilité même de l’entreprise missionnaire, la fermeture du pays à toute influence externe étant un empêchement majeur – L. R. Rambo prend l’exemple du Japon, fermé aux missionnaires portugais au XVIIe siècle. L’interdiction officielle du prosélytisme et l’adoption de lois réprimant le changement de religion (à l’exemple du Soudan) sont des mesures décourageant toute conversion personnelle ou tentative de convertir les autres [6]. Inversement, un contexte politique et social comme la sécularisation, où la religion est réduite à la sphère privée, donne aux individus le droit de choisir leur religion, ouvrant une voie d’action aux missionnaires.

La typologie des conversions renvoie ainsi à une diversité des contextes. L’apostasie sera possible dans une société qui ne valorise pas, voire qui décourage la participation à une organisation religieuse ; l’intensification s’inscrira dans un milieu religieux traditionnel ; l’affiliation supposera une société autorisant le prosélytisme de groupes activistes ; la transition institutionnelle nécessite que le passage d’une option à une autre dans la même religion ne soit pas hérissé d’obstacles ; enfin la transition de tradition trouvera dans la situation coloniale un contexte favorable, la puissance du pouvoir colonial contraignant la société indigène à accueillir les missionnaires – les individus les plus doués percevront alors les avantages de la conversion et pourront en inciter d’autres à les imiter. On pourrait faire de ce livre un manuel du missionnaire contemporain. Il donne en effet les indications nécessaires pour prendre position sur le marché (celui des alternatives religieuses) en repérant les situations de fermeture, pour identifier les sociétés ouvertes à la concurrence et cibler les individus offrant le meilleur potentiel.

Manipulation et encapsulation

La notion de conversion forcée n’est pas abordée de front. Rambo ne s’intéresse guère à l’usage de la coercition sinon pour mentionner brièvement les procédés utilisés par certains groupes pour contraindre l’individu à adhérer ; ses exemples renvoient à des procédés de manipulation du type « lavage de cerveau », et non à des pressions instituées par un pouvoir politique légitime – alors même que L. R. Rambo évoque, dans les éléments de contexte, la situation de domination coloniale [7].  On reste donc dans la perspective de la conversion comme expérience psychologique individuelle. Il faut attendre le 6e chapitre, consacré à « la stratégie de l’avocat », pour voir évoquer des entreprises de conversions de masse reposant sur la force, à l’exemple de la conquête musulmane ou de la christianisation des Saxons par Charlemagne dont le bilan apparaît somme toute positif : certes, admet L. R. Rambo, sur le moment la plupart des Saxons n’ont pas été effectivement chrétiens « mais une action politique de ce genre a toutefois ouvert la voie pour que les générations suivantes soient éduquées dans la vie et la pensée chrétienne », tandis que le christianisme, dans un processus de syncrétisme, s’adaptait aux attentes des populations converties.

La contrainte apparaît encore lorsque l’auteur traite des interactions entre « l’avocat » et l’individu à convertir. Une étape nécessaire est celle de l’encapsulation, qui consiste à isoler le converti potentiel des communications avec l’extérieur soit par la distance physique (monastère), soit par la distance sociale (vêtement spécifique, activités prenantes), soit par la distance idéologique (inculcation d’un système de pensée fermé et rigide). L’encapsulation n’est pas nécessairement coercitive : c’est un procédé pédagogique classique qui, selon la nature et son degré, peut affecter des formes très coercitives. L’étape de l’engagement est considérée à travers la prise de décision et la ritualisation du changement de religion qui vient fonder la loyauté du converti à l’égard du groupe et couper les ponts avec le passé. L. R. Rambo se limite au groupe d’arrivée du converti, il ne considère pas d’éventuelles procédures légales d’enregistrement de la conversion. Les conséquences de la conversion ne sont pas seulement individuelles : sur la longue durée et de façon cumulative, la conversion de millions d’individus se traduit par des changements massifs dont la christianisation de l’Empire romain est, une fois encore, le paradigme.

Conceptualiser les causes des conversions dans les sociétés actuelles en élaborant des typologies et s’interroger sur les indicateurs permettant d’identifier les convertis sont des opérations dont les visées peuvent être diverses de la part des chercheurs qui les entreprennent, et qui peuvent se prêter à des instrumentalisations variées. Si ces théorisations peuvent contribuer à montrer la complexité des phénomènes et des processus de conversion, cet outillage doit être considéré avec une nécessaire distance critique. Surtout, il ne dispense pas les historiens de questionner le changement religieux à travers le lexique, les notions et les indicateurs propres aux sociétés qu’ils étudient.

Pour citer cet article : Isabelle Poutrin, « Qu’est-ce que la conversion ? Du côté de la psychologie religieuse », Conversion/Pouvoir et religion (Hypotheses.org), 31 mars 2014.

En ligne : http://pocram.hypotheses.org/118


[1] Pierre-Yves Brandt, Claude-Alexandre Fournier (dir.), La conversion religieuse. Analyses psychologiques, anthropologiques et sociologiques, Genève, Labor et Fides, 2009, p. 18-20.

[2] « To be converted, to be regenerated, to receive grace, to experience religion, to gain an assurance, are so many phrases which denote the process, gradual or sudden, by which an hitherto divided, and consciously wrong inferior and unhappy, becomes unified and consciously right superior and happy, in consequence of its firmer hold upon religious realities. This at least is what conversion signifies in general terms, whether or not we believe that a direct divine operation is needed to bring such a moral change about », in William James, The Varieties of Religious Experience: A Study o Human Nature p. 188.

http://www2.hn.psu.edu/faculty/jmanis/wjames/varieties-rel-exp.pdf

[3] « The reorientation of the soul of an individual, his deliberate turning from indifference or from an earlier form of piety to another, a turning which implies a consciousness that the old was wrong and the news is right », in Arthur Darby Nock, Conversion: The Old and the New in Religion from Alexander the Great to Augustine of Hippo, Oxford, Clarendon Press, 1933, p. 7.

[4] Gustave Bardy, La conversion au christianisme durant les premiers siècles, Paris, 1947, p. 157.

[5] Lewis R. Rambo, Understanding Religious Conversion, New Haven, Yale University Press, 1993.

[6] Idem, p. 27.

[7] Idem, p. 16.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *