Séminaire 3/Le prince et la conversion

Le séminaire « Le prince et la conversion » s’est tenu le 13 mars 2015 à l’EHESS. Ce moment de réflexion et d’échanges, organisé par Christophe Duhamelle et Claire Sotinel,  a permis d’aborder le troisième thème du projet Pocram, « Le prince et la conversion », et de dégager plusieurs pistes de réflexion en vue d’un colloque en 2016.

Le projet Pocram invite à étudier trois figures archétypales :

  • le prince convertisseur, qui souhaite la conversion de ses sujets, ou l’impose,
  • le prince converti, dont la conversion s’articule avec les cadres politiques existants et peut se prolonger en projet de conversion de ses sujets
  • le prince intégrateur qui, confronté aux conversions de ses sujets, doit trouver une solution à la disjonction entre l’unicité de l’allégeance politique et la diversité des confessions.

Ce thème embrasse ainsi non seulement la conversion du prince, mais aussi l’attitude du prince envers la conversion, ouvrant sur l’ensemble des situations et des rapports politiques qui président à l’inscription de la conversion dans le corps public.  Centré sur la figure du « prince », il prend en compte la diversité des instances de pouvoir à différentes échelles.

Constantin apparaît comme la figure de référence du prince converti et convertisseur. Si l’historiographie s’est longtemps interrogée sur la sincérité de la conversion de Constantin, il s’agira de déplacer les questionnements pour s’intéresser à la construction de l’image de Constantin comme prince convertisseur dans l’Antiquité tardive et aux évolutions de cette image jusqu’à la période moderne, par exemple dans le monde russe. D’autres figures de princes convertisseurs, tel le roi wisigoth Sisebut, suscitent l’intérêt par la façon dont elles ont pu légitimer par la suite des politiques de conversion, ou même permettre de les critiquer. Plus généralement, le postulat d’un effet d’entraînement entre la conversion du prince et celle de ses sujets devrait être revisité, et on s’interrogera sur les instruments politiques utilisés par les princes pour relier leur conversion individuelle et la transformation du corps politique.

Une autre piste de réflexion est celle de la prise en charge, par les princes, de projets missionnaires élaborés par d’autres instances et les motivations ou les effets de cette prise en charge : renforcement du pouvoir princier, élaboration de systèmes d’alliances sur une base confessionnelle, projets de pacification, voire ingérence du prince à l’extérieur de son territoire au nom de la défense des minorités persécutées.

La question de l’indifférentisme du prince à l’égard de la conversion de ses sujets doit être également posée : si le « prince convertisseur » est un prince libre obligeant ses sujets à se convertir, la relation entre liberté et contrainte peut se trouver déplacée pour faire de la conversion du prince une obligation posée par ses sujets. L’idée d’une autonomie du choix de la religion, qui serait l’apanage du prince, peut ainsi être renversée.

Enfin, la conversion du prince soulève la question de l’homogénéité religieuse de l’entourage du prince et des limites de cette sphère censée partager avec lui la même affiliation religieuse ; la question, aussi, de l’intervention du prince sur le territoire (destructions, constructions, réaménagements, changements dans la toponymie) qui est liée au thème du 2e colloque de Pocram, « Signes et scènes ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pouvoir politique et Conversion religieuse (Antiquité – période moderne)