Colloque 4/ Pouvoir politique, disputes et conversions

Quatrième colloque thématique de Pocram, Pouvoir politique, disputes et conversions s’intéresse aux interventions du pouvoir politique dans la confrontation religieuse sous la forme de « disputes », rencontres orales et agonistiques entre adversaires religieux.

Organisateurs : Jérémie Foa et Pierre-Antoine Fabre (TELEMME et CéSor)

Date : 11 et 12 mai  2017

Lieu : Aix-en-Provence, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme

Le point de départ de la proposition est une définition de la dispute religieuse très ouverte (en matière de période, de localisation, de champ thématique), et cependant marquée par trois déterminations fortes :

– une rencontre, effective ou fictive, donnant lieu à une joute orale dans un lieu physique précis

– une rencontre « professionnelle » entre des experts des sujets dont ils traitent, convoqués comme tels pour les traiter.

– une rencontre dont la conversion de l’un des interlocuteurs à la religion de l’autre est le but affiché, quand bien même ce ne serait pas le seul objectif réel.

L’orientation problématique centrale peut se tenir dans cette remarque d’un polémiste catholique du premier XVIIe siècle : « Aujourd’huy, les disputes se réduisent à disputer comment il faut disputer ».

Pourquoi disputer ? Fins et circonstances des disputes religieuses

Pourquoi ceux qui disputent disputent-ils ? Quels sont, à leurs yeux les buts et les enjeux de ces rencontres ? Le chercheur est-il obligé de croire à ces buts affichés : volonté de conversion ? Défense de l’honneur, réputation ? Défense d’un courant, d’un groupe, d’un parti, d’une famille, d’un prince ?

En s’interrogeant sur les buts avoués des disputes religieuses, il s’agira de  se demander si celles-ci ne participent pas autant à l’établissement de règles professionnelles pour les spécialistes du champ religieux (arguments admis et exclus, compétences exigées, formes prescrites et proscrites, diplômes exigés, etc.) qu’à la conversion des adversaires. Ne pourrait-on, à ce titre, les lire comme des « conventions collectives » de la cléricature, des lieux où, contrairement aux apparences, loin de s’opposer point par point, les théologiens se mettraient d’accord sur les conditions du désaccord ?

Les dispositifs des disputes

 Une attention particulière sera portée aux dispositifs de la dispute : mise en scène, réglementation des débats, de leur durée, de leur méthode, des arguments interdits, des ouvrages prohibés ou autorisés, des techniques argumentatives etc. De nombreuses questions peuvent, dans cet axe, être soulevées :

  • Qui fixe les règles des disputes et à quelle occasion ?
  • Comment choisit-on les « disputeurs » ? Peut-on opposer des adversaires dépareillés ?
  • Quels sont les lieux du débat ? Et quels sont les effets de ces lieux sur les débats eux-mêmes ? Que nous dit l’iconographie de ces débats et de leur décor (et de l’efficacité supposée de leur décor) ?
  • Y a-t-il des objets interdits ou acceptés ? (livres, armes, costumes etc.)
  • Quelles sont les règles de la prise de parole ?
  • Enfin, quels sont les arbitres de la dispute ?

Si l’approche externaliste est ici privilégiée, il ne s’agira cependant pas d’exclure le contenu des énoncés échangés, mais plutôt de les aborder de biais en insistant sur la façon dont on décide du du contenu des débats et du sujet des disputes (l’eucharistie, la grâce, la liberté, la Trinité, César, Dieu etc.).

La part du politique  

Un troisième axe, entremêlé aux deux premiers s’intéressera au rôle et à la place du pouvoir politique dans les disputes religieuses.

  • Le pouvoir politique est-il à l’origine des disputes : les organise-t-il ? Les convoque-t-il ? Les dirige-t-il ? Crée-t-il la possibilité de la dispute en acceptant l’altérité religieuse, en organisant par des lois la coexistence confessionnelle, c’est-à-dire en rejetant le principe de la persécution ?
  • Le prince est-il physiquement présent dans des débats qui marquent la transformation ou tout au moins la suspension de la violence physique au bénéfice de l’affrontement de langage ? S’il est présent, à quelle place dans l’ensemble de la scénographie ? En position d’arbitre, en position de surplomb ? En position de parole, en position muette ?
La dispute par ses effets

Enfin, les contributions pourront s’intéresser aux effets de la dispute.

  • Qui siffle la fin de la dispute ? Peut-on observer des déclarations de conversion sous l’effet de choc d’une dispute ?
  • Comment la dispute est-elle écrite, décrite, diffusée, réécrite ? (procès-verbaux, mémoires, écrits manuscrits et imprimés).

Cette dernière perspective insiste sur l’importance des traces écrites de la dispute, non pas seulement parce qu’elles en sont les seuls témoignages, mais parce qu’elles contribuent à construire leur efficacité.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pouvoir politique et Conversion religieuse (Antiquité – période moderne)