Les Chrétiens d’Allah. L’histoire extraordinaire des renégats (16e-17e siècles)

Bartolomé et Lucile Bennassar, Les Chrétiens d’Allah. L’histoire extraordinaire des renégats, XVIe-XVIIe siècles, Paris, Perrin, 1989 (éd. de poche : Perrin, coll. « Tempus », 2006).

En 1617, Juan Roldelgas, paysan de Castille, s’enrôle dans la flotte espagnole. Capturé en mer avec 456 autres soldats par des navires « de Turcs et de Maures », il est vendu à Alger. Après trois ans d’esclavage et une tentative d’évasion manquée, il renie le christianisme dans l’espoir d’obtenir son affranchissement, en vain. Ayant gagné la confiance de son maître, il devient corsaire sur les navires d’Alger et, lors d’une escale aux Canaries, parvient à s’échapper pendant une corvée d’eau, passe chez les Espagnols. Mais, reconnu comme renégat par d’anciens captifs chrétiens, il est déféré à la Sainte Inquisition qui rend sa sentence le 22 décembre 1622 : Rodelgas est condamné à une abjuration de levi, c’est-à-dire d’un léger soupçon d’hérésie. Après quelques mois d’instruction religieuse, il peut rentrer en Espagne, libre et pardonné d’avoir été musulman pendant quelque temps [1]. Cette histoire « exemplaire » ouvre Les Chrétiens d’Allah, publié en 1989. Ce livre a pratiquement ouvert le champ des études sur les renégats ; il reste une lecture obligatoire pour quiconque s’intéresse aux conversions à l’islam, comme le rappelaient récemment deux intervenants au colloque « Rendre compte des conversions à l’Islam », Loïc Le Pape [2] et Stefano Allievi [3]. Leurs exposés m’ont incitée à écrire ce texte et en nourrissent les conclusions.

Bartolomé et Lucile Bennassar, au terme d’une plongée dans les archives des Inquisitions d’Espagne, du Portugal et de Venise,  ont identifié 1.550 renégats, ce qui représente à peine, estiment-ils, 0,5% des renégats de la période 1550-1770. À partir de cet échantillon, ils offrent un tableau à la fois saisissant et nuancé d’un phénomène qui restait très mal connu lors de la parution du livre : celui de l’apostasie de milliers de chrétiens dans le contexte de l’affrontement entre l’Empire ottoman à l’époque de sa splendeur, et les États chrétiens d’Europe occidentale. À côté de parcours linéaires comme celui de Juan Rodelgas, il est aussi des récits de vie compliqués, souvent tragiques, récits de destins broyés par la captivité et les galères, de reniements répétés, de conversions arrachées suivies d’intégrations profondes dans l’islam, ou de retours volontaires en pays chrétien pour lesquels la conversion à l’islam n’a été qu’un passage obligé. Les chiffres obtenus à partir des 1.550 cas retrouvés dans les archives ont une valeur indicative des tendances larges. Les chrétiens d’Allah a ainsi fourni une base solide, mais aussi un puissant stimulant pour les recherches sur la captivité et la conversion en Méditerranée [4].

Johannes Lingelbach (v1622-1674), combat naval contre les Turcs (Lépante ?) collection privée
Johannes Lingelbach (v1622-1674), combat naval contre les Turcs (Lépante ?)
collection privée

La guerre entre États chrétiens et Empire ottoman

Aux 16e et 17e siècles, Alger et Tunis, dépendances de l’Empire ottoman, vivaient de la guerre de course. Salé au Maroc, et d’autres ports d’Afrique du Nord comme Bizerte pratiquaient également cette forme de guerre maritime, qui sévissait aussi de la part des Etats chrétiens contre les musulmans . Les corsaires musulmans s’emparaient de navires (espagnols, italiens, français ou anglais) aux riches cargaisons, chargés de passagers et de soldats ; ils allaient razzier des paysans et des pêcheurs sur les côtes, de la Calabre au Portugal et surtout en Corse, mais aussi dans l’Atlantique (ainsi à Lanzarote aux Canaries, en 1618 : 900 prisonniers sur une île de 3000 à 4000 habitants). Les individus ainsi capturés pouvaient être libérés contre rançon, soit juste après leur capture, soit après un séjour plus ou moins long en pays musulmans. Dans les pays chrétiens s’était institué tout un système pour la collecte des fonds, la négociation des prix et le rachat des captifs en Afrique du Nord. Les nobles et les religieux étaient assez systématiquement rachetés, et l’on compte peu de renégats parmi eux. En revanche, un grand nombre de captifs n’étaient jamais rachetés : ils étaient vendus comme esclaves et finissaient leur vie en terre d’Islam. C’est le cas, en particulier, des femmes, plus rares parmi les captifs, plus rares encore à rentrer au pays. Alger comptait ainsi des milliers de chrétiens captifs mais aussi de renégats de toutes origines, qui, avec les Turcs envoyés par le sultan, tenaient le pouvoir et commandaient la plupart des navires corsaires.

L’étude quantitative qui occupe la deuxième partie du livre montre l’extension de la zone de danger sur la frontière maritime entre pays chrétiens et pays d’Islam. Les marins et les populations côtières étaient les plus exposés, surtout dans la zone noire située entre la Sicile et Majorque, mais les navires « mores » opéraient aussi dans les eaux plus froides de l’Atlantique, jusqu’aux abords de Saint-Malo et de Terre-Neuve si bien que l’histoire des renégats concerne une grande partie des pays d’Europe de l’époque [5]. B. et L.  Bennassar incluent aussi dans leur étude les individus razziés aux marges de l’Empire ottoman par les Tartares (et dont quelques-uns aboutirent devant l’Inquisition) ainsi que les victimes du devchirme, ces levées de jeunes gens que pratiquaient les Ottomans en Grèce et dans les Balkans pour se procurer des soldats d’élite (les janissaires) et du personnel administratif et domestique.

Si « les chemins de l’islam [6] » apparaissent très variés, les auteurs distinguent quelques voies principales. Les captures en mer, de Terre-Neuve au détroit d’Ormuz, fournissent environ la moitié des renégats. Qu’en est-il de l’autre moitié ? Les raids opérés sur terre fournissent des captifs par centaines. Les déserteurs forment un autre contingent (94 hommes de l’échantillon), notamment les soldats des présides espagnols d’Oran qui, oubliés par la métropole, passent du côté musulman dans l’espoir de rentrer plus facilement au pays. Les passages volontaires à l’Islam (71 individus, dont 23 reviennent ensuite en pays chrétien volontairement) concernent des esclaves originaires d’Afrique ou d’Europe orientale, mais aussi des hommes en rupture, désireux de fuir leur pays pour de multiples raisons (dettes, condamnations) ; d’autres ont fait escale dans un port (Alger ou autre) et, après une bagarre avec un « Turc », ou pour suivre une femme, sont devenus musulmans. Parmi ces volontaires, 11 religieux catholiques dont l’apostasie est motivée par le désir d’une vie plus libre, d’aventure et de femmes, « mais jamais, semble-t-il, la moindre préoccupation théologique »[7].

Dans cette collecte d’archives, les femmes constituent l’exception [8]: 59 femmes sur 1.550 cas, soit 3,80%. N’étant ni soldats, ni marins, elles sont moins exposées aux captures en mer, en revanche elles ont été enlevées sur terre, parfois sous les yeux de leur famille, sur les côtes de Corse ou d’Italie méridionale. 23 femmes russes, hongroises ou roumaines ont été enlevées lors de raids dans leur village et, pour la plupart, vendues sur le marché aux esclaves de Constantinople. La faible place des femmes s’explique aussi par le fait qu’elles ont, bien moins souvent que les hommes, l’occasion d’être rachetées ou de s’enfuir et de revenir en pays chrétien. Le livre est donc maigre sur ce point ; cependant, en s’arrêtant sur le cas spécifique des femmes alors que les études sur le genre, dans les années 1980, n’étaient pas encore très développées, B. et L. Bennassar ont indiqué une piste importante [9].

Conversions d’enfants

Porte bleue, Tunis. Photo de abac077 sur Flickr, 2009.
Porte bleue, Tunis. Photo de abac077 sur Flickr, 2009.

Dans ce panorama très divers, ils repèrent une constante : « l’omniprésence des enfants et adolescents de tous les pays d’Europe, devenus musulmans malgré eux [10] ». Sur les 978 individus de l’échantillon qui ont précisé aux Inquisiteurs l’âge de leur arrivée en pays musulman, 55% avaient moins de 15 ans, 78% avaient moins de 20 ans.

La proportion des enfants de moins de 15 ans est plus élevée pour ceux qui sont originaires d’Europe orientale (73% des captifs) en raison de la pratique du devchirme qui concerne en majorité des garçons de 4 à 10 ans [11]. En Europe occidentale, ce sont environ 50% des captifs qui ont été pris avant l’âge de 15 ans, souvent, d’ailleurs, en plein travail : fils de pêcheurs ou de marins, mousses, marmitons, soldats ou valets de soldats, les enfants sont engagés très jeunes dans la vie active et exposés aux risques. Les corsaires opèrent un filtrage de leurs prisonniers, libérant facilement les adultes contre rançon, mais gardant les enfants pour les convertir. B. et L. Bennassar voient dans ces captures l’un des aspects de la guerre : « Opération de bonne politique : multiplier les musulmans par un prélèvement régulier aux dépens des forces vives du monde chrétien en le délestant de quelques milliers de ses enfants auxquels était offerte, naturellement, au fil des années, la possibilité d’une intégration totale dans les sociétés cosmopolites du Maghreb ou de l’Empire ottoman [12] ».

Pour ces enfants, la conversion était généralement expéditive et marquée par des violences. Ceux qui sont pris en mer ou sur les côtes sont circoncis sans tarder, sur le bateau même, sans cérémonie – et particulièrement les Français (62 garçons de moins de 15 ans, soit 57% du total des Français, et presque tous capturés en mer [13]) en raison des accords passés entre la France et la Sublime Porte, qui prévoient des échanges de prisonniers : devenu musulman, l’enfant ne peut plus être réclamé par la France. Mais par la suite, la plupart de ces convertis restent en pays d’Islam jusqu’à l’âge adulte et beaucoup d’entre eux deviennent des musulmans convaincus : d’où la proportion forte, dans cette partie de l’échantillon constitué par B. et L. Bennassar, d’hommes qui sont revenus en pays chrétien contre leur gré. Le scénario type, dans ce cas de figure, est celui du converti intégré, qui reprend la mer pour des expéditions corsaires contre les chrétiens et qui, par un retournement de situation, est capturé, identifié comme renégat et déféré devant l’Inquisition. Il doit alors se justifier de son apostasie en racontant aux Inquisiteurs les circonstances de celle-ci.

Andrea Vicentino, Bataille de Lépante (détail) 1603, Venise, Palais des doges
Andrea Vicentino, Bataille de Lépante (détail) 1603, Venise, Palais des doges

La procédure de conversion à l’islam

Pour ces renégats, le passage du christianisme à l’islam n’est jamais une affaire de conviction, ni la conséquence d’un endoctrinement. Deux scénarios se dégagent, selon que les individus sont des captifs ou des hommes libres. Les captifs n’étaient pas systématiquement convertis de force : certains résistèrent même pendant des années aux sollicitations qui leur étaient faites de se convertir, et malgré leur dure condition de rameurs sur les galères corsaires. Il fallut alors un élément déclencheur pour les pousser à franchir le pas volontairement, par exemple l’échec d’une opération de rachat, ou la prise de conscience que leurs familles n’avaient pas fait le nécessaire pour les racheter. Mais pour les enfants, la conversion était indéniablement subie, à la suite de mauvais traitements, voire de véritables tortures. Les maîtres qui les achetaient voulaient ainsi leur enlever tout espoir de retour. Qu’ils fussent enfants ou adultes, les captifs étaient convertis sans cérémonie, dans un cadre privé (au domicile du maître), et la présence d’un cadi (juge) est exceptionnelle. En revanche, quand c’étaient des hommes libres qui passaient volontairement à l’islam – c’est le cas des déserteurs par exemple, ou des religieux en rupture de vœux – la cérémonie était publique : promenade à cheval dans les rues, cortège, festin, allégresse générale marquent l’accueil du néo-musulman [14]. Dans ce cas en effet, il ne s’agit plus d’affiliations forcées mais de conversions dûment consenties, même si certaines furent suivies de regrets et d’une évasion vers les pays chrétiens.

La procédure de conversion à l’islam est marquée par la récitation de la chahadâ, la profession de foi islamique [15]. 812 hommes sur 910 (89%) confessent qu’ils ont, en levant l’index de la main droite, prononcé « les paroles habituelles », et beaucoup ont mémorisé la formule « La illah illa Allah Mohammed rezul Allah » (« Il n’y a de Dieu que Dieu et Mahomet est son messager »). Une phrase et un geste, donc suffisaient à franchir la barrière religieuse. Mais beaucoup disent aussi qu’ils ignorent le sens de la formule, et d’autres en donnent aux Inquisiteurs des traductions plus ou moins fantaisistes comme : « Dieu est et sera et Mahomet est son secrétaire » (selon un renégat portugais), « Dieu est seul et il n’y a aucun saint ni mère de Dieu » (un Français, converti à 13 ans), voire des interprétations plus syncrétiques telles que « Je crois en Dieu et en Mahomet qui est assis à la droite de Dieu » (un Espagnol) ou encore « Mahomet est fils de Notre Seigneur » (un Génois, très jeune au moment de sa capture) [16]. Sans instruction préalable dans l’islam, et souvent très jeunes, donc peu au fait de la théologie chrétienne, les renégats projettent sur la chahadâ un ensemble de croyances disparate. Les conversions volontaires sont accompagnées souvent de la lecture du Coran mais il est évident que l’endoctrinement des futurs convertis n’est pas la préoccupation majeure des musulmans.

Tintoret, Miracle de saint Marc libérant un esclave (détail), 1548, Galleria dell’Academia, Venise (Italie)
Tintoret, Miracle de saint Marc libérant un esclave (détail), 1548, Galleria dell’Academia, Venise (Italie)

Il est rarissime, dans les récits collectés par B. et L. Bennassar, que la conversion s’accompagne d’un rituel de reniement du christianisme : six exemples seulement de gestes sacrilèges tels que piétiner la Croix ou cracher dessus. Mais il est probable que les renégats ne tenaient pas, devant les Inquisiteurs, à insister sur ces gestes [17]. L’affiliation à l’islam, qu’elle soit forcée ou subie, avait pour conséquence un changement des signes extérieurs d’identification : nom, costume, pratiques alimentaires. Le converti recevait des « habits de Turc », devait se vêtir « comme un More » (culottes larges, gilet étroit porté sur une chemise blanche) et ce changement d’apparence était assorti du rasage de la tête, à l’exception d’une mèche sur le sommet du crâne (mèche appelée chufo, zerro, ou tufo) ; un bonnet ou un turban rouge complétait le costume. Quant aux noms, les plus fréquents sont Mostafa et Mourad, ou encore Assan, Ali, Mahomet, Yusuf, Jafer – mais le nom Mami, très fréquent, n’était porté que par les renégats [18].

Sur les 1 500 hommes étudiés par B. et L. Bennassar, 866 ont été circoncis et 115 ne l’ont pas été (pour les autres, on n’a pas d’informations), ce qui signifie que la circoncision est un rite de passage à l’islam d’une importance majeure dans le contexte étudié. Ceux qui parviennent à l’éviter sont des hommes adultes, qui sont restés peu de temps en pays d’Islam et ont pu invoquer divers prétextes ; mais pour les enfants, et les convertis qui restaient plusieurs années et se mariaient sur place, il n’y avait pas d’échappatoire à cette opération. Certains enfants furent circoncis le jour même de leur capture : ici l’opération tient lieu de conversion. Dans tous les cas, la perte du prépuce crée une situation irréversible car il sera impossible, en cas de retour en pays chrétien, de nier l’apostasie. De plus, les récits décrivent la circoncision comme douloureuse, mentionnent le risque d’une opération manquée ou d’une hémorragie fatale. Plusieurs déserteurs, se présentant volontairement à la conversion, reculèrent devant l’opération et rentrèrent en toute hâte chez les chrétiens. Ainsi, malgré une grande variété de circonstances, la circoncision apparaît comme un marqueur essentiel à l’affiliation à l’islam, objet d’une forte pression de la société musulmane [19].

La réintégration dans l’Eglise

« Pour les inquisiteurs, tout chrétien qui pratiquait rites et cérémonies de la religion musulmane sur un territoire de souveraineté espagnole ou gagnait l’Islam avec l’intention de s’y fixer, qu’il soit chrétien d’origine (« vieux chrétien ») ou d’une autre religion (« nouveau chrétien de More », par exemple) était passible de la justice du Saint-Office [20] », rappellent B. et L. Bennassar. Il faut le souligner, un grand nombre de renégats (impossible à quantifier précisément, d’ailleurs) n’est jamais revenu en pays chrétien. Parmi ceux de l’échantillon collecté ici, se trouvent des convertis par force qui sont devenus, par la suite, des musulmans convaincus, et qui ne sont revenus du côté chrétien qu’en raison de circonstances néfastes. C’est le cas des renégats devenus corsaires, qui ont été pris par des navires chrétiens et, souvent, dénoncés par les rameurs chrétiens de leur propre navire. On trouve aussi des convertis volontaires qui ne sont passés à l’islam que pour une période brève, par stratégie de survie, dans l’attente d’une occasion de rentrer au pays. On le voit, l’éventail des cas de figure est très large.

L’objet de Les Chrétiens d’Allah n’est pas l’étude de la procédure inquisitoriale appliquée aux apostats [21]. On trouvera moins encore dans ce livre une étude des critères élaborés en droit canonique pour juger de la gravité de l’apostasie et pour apprécier les circonstances atténuantes de l’apostasie forcée [22]. En revanche, les auteurs montrent bien les efforts des renégats pour atténuer la portée de leur passage à l’islam et les arguments qu’ils emploient devant les Inquisiteurs. Ils mettent en avant la contrainte et les violences exercées sur eux, pour convaincre leurs juges qu’ils n’ont pas pu résister aux pressions, qu’ils ont dû ainsi sauver leur vie, ou qu’ils ont été poussés par le désespoir – mais qu’ils ont renié « de la bouche et non du cœur [23] ». D’où des récits d’apostasie qui semblent quelque peu standardisés, construits pour répondre aux attentes des Inquisiteurs. Les renégats qui revenaient de leur propre initiative en pays chrétien et qui se présentaient spontanément aux Inquisiteurs étaient, en général, assurés de l’absolution [24].

Porte du tribunal de l’Inquisition Villanueva de los Infantes (Espagne), photo de Rafa sur Flickr, 2012. https://www.flickr.com/photos/61305266@N02/
Porte du tribunal de l’Inquisition Villanueva de los Infantes (Espagne), photo de Rafa sur Flickr, 2012. https://www.flickr.com/photos/61305266@N02/

Inversement, un certain nombre de renégats, passés du côté chrétien à la suite d’un combat en mer, cachèrent leur véritable identité et prétendirent être des « Turcs de nation » et non des « Turcs de profession », c’est-à dire des musulmans de naissance et non des convertis. Mis à la rame sur les navires chrétiens comme captifs musulmans, ils espéraient pouvoir repasser, lors d’un prochain combat en mer, à Alger ou Tunis. Cette fiction d’une identité musulmane de naissance est maintenue aussi bien par quelques Hollandais que par des Espagnols et des Italiens. Cela suggère que ce sont bien le costume, la langue et la circoncision qui sont les signes de l’appartenance à l’islam, et non des traits physiques. Le caractère cosmopolite des sociétés corsaires peut expliquer cette relative indifférence à la couleur du teint et des cheveux : ainsi un Hollandais qui se dit musulman de naissance se prétend le fils d’un renégat flamand et d’une « More » pour expliquer, de façon plausible, son teint clair [25]. Il fallait en effet s’inventer une généalogie musulmane pour soutenir le mensonge. Ces hommes qui se revendiquaient une identité « turque » ne se sentaient plus chrétiens, soulignent B. et L. Bennassar. Ils avaient adopté le mode de vie mais aussi, semble-t-il, la foi islamique, d’une adhésion « de cœur » [26]. Celle-ci concerne environ 300 hommes de l’échantillon, soit un peu moins de 20%. Cette proportion n’est pas négligeable ; on peut penser que les renégats intégrés restaient en pays d’islam et avaient donc moins de risques de se retrouver devant l’Inquisition : l’échantillon n’en saisit probablement qu’une trace mineure. Ces convertis avouent aux Inquisiteurs « l’intention », c’est-à-dire qu’ils ont cru pouvoir faire leur salut dans l’islam, qu’ils ont appris les prières, fréquenté la mosquée, observé la zala (prières quotidiennes), accompli le guadoc (les ablutions rituelles), respecté le Ramadan, mémorisé des invocations telles que « Allah Akbar » et ce qu’ils appellent la Basmala (Bismillah) et l’Andulila (Al-hamdu lillah)[27].

Pour ceux qui étaient déférés au tribunal à la suite d’une dénonciation, l’Inquisition se montrait à la fois extrêmement méfiante et patiente. Ces hommes séjournaient, parfois des années, dans les prisons inquisitoriales où ils avaient le temps de mûrir leur stratégie et d’apprendre auprès des autres prisonniers les principales prières chrétiennes : ils pouvaient alors prétendre ne jamais les avoir oubliées depuis l’enfance. Mais on voit bien, aussi, l’obstination du tribunal à rechercher la vérité par des demandes d’informations expédiées dans la région d’origine du prévenu, et la collecte de nombreux témoignages. D’ailleurs, dans les ports de Sicile ou de Sardaigne, on trouvait facilement des hommes qui avaient été captifs de l’autre côté de la Méditerranée et qui pouvaient identifier les renégats : le caractère massif de la capture de chrétiens rendait finalement impossible l’anonymat des corsaires. Enfin, le pardon de l’Inquisition ne marquait pas le happy end de vies brisées par la capture et le reniement. Les hommes qui étaient pris sur les galères musulmanes étaient systématiquement envoyés, même après leur réconciliation avec l’Église, sur les bancs des galères chrétiennes, tant le besoin de grossir les chiourmes était  grand pour les flottes de Méditerranée.

Titien, Philippe II offre l’Infant Ferdinand à la Victoire (avant 1575) Musée du Prado, Madrid (Espagne)
Titien, Philippe II offre l’Infant Ferdinand à la Victoire. détail : captif turc.  Musée du Prado, Madrid (Espagne)

Au-delà de la fascination qu’exercent les récits de vie collectés dans Les Chrétiens d’Allah, il faut souligner les apports du livre pour l’histoire politique des conversions religieuses. Captifs ou hommes libres, les renégats étudiés ici effectuaient des conversions « instrumentales » (pour reprendre la terminologie de Stefano Allievi) : le changement de religion était ordonné à l’obtention de bénéfices qui allaient de la simple survie à diverses améliorations (possibilité de sortie de la condition servile, mariage) et des possibilités d’ascension sociale nouvelles (accès au groupe dominant des « raïs », les capitaines corsaires). Ce changement pouvait aboutir à une adhésion plus intériorisée mais on constate aussi la force de l’enracinement identitaire des chrétiens. L’apostasie n’était pas la norme, la majorité des captifs restaient attachés à leur affiliation chrétienne. L’idée, avancée par B. et L. Bennassar, d’une captation délibérée, par les musulmans, des forces vives des pays chrétiens à travers la conversion forcée des jeunes gens retient l’attention, mais il faut la relier, comme ils le font, à l’ouverture des sociétés corsaires comme à celle de la société ottomane et à leurs capacités d’intégration : les élites sociales de l’empire ottoman étaient constituées de convertis – et ce jusqu’au milieu du 17e siècle –  phénomène sans équivalent dans les pays chrétiens. Pour les néo-musulmans, l’appartenance à l’islam primait sur les origines régionales, sans les effacer totalement. En revanche, la discrimination s’exerçait à l’encontre des populations locales musulmanes, qui restaient tenues à l’écart du groupe dominant.

Enfin, le jeune âge des « renégats » peut suggérer une comparaison avec la tendance actuelle des conversions à l’islam dans les pays d’Europe, qui touchent des jeunes gens de façon spécifique. Mais les différences de contexte rendent la comparaison difficile, en particulier l’ouverture du marché religieux dans les Etats démocratiques, l’existence de nouveaux moyens d’endoctrinement et la situation de crise identitaire. A mon sens, celle-ci serait plus pertinente avec les conversions forcées réalisées actuellement, hors d’Europe, dans les zones où sévissent les groupes radicaux, et où le ciblage des jeunes gens paraît systématique.

Pour citer cet article : Isabelle Poutrin, « Les Chrétiens d’Allah. L’histoire extraordinaire des renégats, 16e-17e siècle », Conversion/Pouvoir et religion, 1er mars 2016.

En ligne : http://pocram.hypotheses.org/1148

[1] Bennassar, Bartolomé et Lucile, Les Chrétiens d’Allah. L’histoire extraordinaire des renégats, XVIe-XVIIe siècles, Paris, Perrin, 1989, p. 27-39.

[2] Colloque international « Rendre compte des conversions à l’Islam. Vers quelles approches en sciences sociales ? », Sciences Po, OSC – CEVIPOF, Paris, 15-16 février 2016. Je remercie les organisateurs Amélie Puzenat, Juliette Galonnier et Hamzi Khateb, pour leur accueil. URL : http://conversion2016.sciencesconf.org/

[3] Sur les conversions à l’islam actuellement, voir : Stefano Allievi, Les convertis à l’islam : les nouveaux musulmans d’Europe, Paris, L’Harmattan, 1999 ; Amélie Puzenat, Conversions à l’islam : unions et séparations, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015 ; Loïc Le Pape, Une autre foi ? Itinéraires de conversions en France : juifs, chrétiens, musulmans, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2015.

[4] Travaux dont le recensement dépasseraient les limites de ce compte rendu. Le sujet des renégats recoupe en partie celui de l’esclavage en Méditerranée, dont l’un des pionniers a été Claude Larquié (voir notamment son article « Le rachat des chrétiens en terre d’Islam au XVIIe siècle (1660-1665) », Revue d’histoire diplomatique, octobre-décembre 1980, p. 297-351. Sur ce sujet largement travaillé actuellement, voir Wolfgang Kaiser (dir.), Le commerce des captifs. Les intermédiaires dans l’échange et le rachat des prisonniers en Méditerranée, XVe-XVIIe siècle, Rome, École française de Rome, 2008 ; et le dossier Captifs et captivités en Méditerranée à l’époque moderne, Cahiers de la Méditerranée, 87, 2013, URL: http://cdlm.revues.org/7134

[5] Les Chrétiens d’Allah, chapitre « Une histoire européenne », p. 148-201. Les auteurs ont identifié 459 renégats espagnols et 402 italiens.

[6] Idem, chapitre « Les chemins de l’islam », p. 202-266.

[7] Idem, p. 262-265.

[8] Idem, p. 289-307.

[9] Sur les femmes « renégates », on peut lire notamment : Éric Dursteler, Renagade Women : gender, Identity and Boundaries in the Early Modern Mediterranean, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2011.

[10] Idem, chapitre « La règle et l’exception », p. 267.

[11] Idem, p. 284.

[12] Idem, p. 267.

[13] Idem, p. 165-177.

[14] Idem, chapitre « Conversions ou reniements », p. 308-340, avec le schéma simplifié, p. 325.

[15] On comparera ce développement aux exemples donnés, dans ce carnet de recherche, pour l’Espagne médiévale (http://pocram.hypotheses.org/302) et l’Empire ottoman au XIXe siècle (http://pocram.hypotheses.org/818).

[16] D’autres exemples dans Les chrétiens d’Allah, op. cit., p. 311-312.

[17] Idem, p. 314.

[18] Idem, p. 332.

[19] Idem, p. 333.

[20] Idem, p. 251.

[21] Voir sur ce thème l’ouvrage d’Anita González-Raymond, La Croix et le croissant. Les inquisiteurs des îles face à l’islam, 1550-1700, Paris, Éditions du CNRS, 1992.

[22] Sur ce point, voir Isabelle Poutrin, « L’Église et les consentements arrachés. Violence et crainte dans le baptême et l’apostasie (Espagne, XVIe-XVIIe siècles », Rivista di Storia del Cristianismo, 2010/2, p.489-508.

[23] Les chrétiens d’Allah, op. cit., p. 335.

[24] Idem, p. 419.

[25] Idem, p. 427.

[26] Idem, p 429.

[27] Idem, p. 436.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *